AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Une triste Arrivée à Paris (P.V Miss Sarah Ravin)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Une triste Arrivée à Paris (P.V Miss Sarah Ravin)   Sam 25 Oct - 0:25

Jules Harrison, ou comment se détruire la santé dans un avion...Voilà comment notre ami pourrait aujourd'hui qualifier sa vie. Il venait d'arriver à Paris, après avoir eu une semaine particulièrement éreintante, il faut l'avouer. Il se demandait même comment il faisait pour tenir encore debout alors qu'au fond la seule chose qu'il voudrait serait de déprime...Parce que oui, notre bel américain était déprimé. Très déprimé... Comment pouvait-il en être autrement? Ses relations avec son père étaient toujours aussi tendues. Il faut dire que la mort de sa mère qui aurait dû les rapprocher parce qu'ils devaient se serrer les coudes face à cette épreuve les avait surtout éloigné. Apprendre que l'on est le fils adoptif de personnes que l'on croyait être nos vrais parents filait un léger coup de blues, d'autant plus lorsque l'on apprenait cela à la mort de sa mère, enfin de sa mère adoptive, et que l'on était incapable de la soigner à cause de cette fameuse adoption. Il avait tellement cru pouvoir la sauver..Etre celui qui lui permettrait de rester en vie, de rentrer à la maison avec sa famille. Lorsqu'il avait voulu faire ce test, il avait été certain qu'il pourrait aider sa mère parce qu'elle était justement sa mère, qu'ils avaient les mêmes gênes, le même sang...Mais non, il avait espéré, pour rien. Il en voulait beaucoup à ses parents adoptifd, même à sa mère, et c'est ce qui faisait qu'il se sentait tellement mal. Il s'en voulait à lui-même de leur en vouloir pour cela, et surtout de lui en vouloir à elle. Enfin bref, une histoire de dingue qui ne s'arrangerait surement pas de si tôt, à cause de lui.

Pourquoi fuyait-il ainsi? C'était parce qu'il partait que rien ne s'arrangerait jamais. Enfin, au fond, rien ne s'arrangerait jamais entre son père et lui. Ils sont trop opposés. L'un obsédé par sa société qu'il veut remettre dans les mains de son fils, l'autre obsédé par son rêve d'être journaliste...Aucun des deux n'acceptait de faire un pas vers l'autre, et de toute les façons, c'était ainsi depuis son adolescence alors bon...Ceci dit, Jules était persuadé qu'en restant il aurait pû soutenir son père, autant que lui aurait besoin de son soutien. Mais la mort de sa mère était survenue au même moment qu'une offre d'emploi très interessante sur Paris. Au fond ce n'était pas vraiment parce que c'était interessant qu'il avait accepté. Il n'avait pas réfléchit en fait. C'était pour lui une opportunité de partir, de lâcher prise, d'abandonner son pays et sa famille, ou au moins sa pseudo-famille. Il aurait besoin de temps pour se remettre de cette histoire. Il savait pourtant que l'on avait pas toujours le temps...

Après avoir récupéré ses sacs qu'il posa au sol, il regarda autour de lui. Il faudrait sans doute qu'il achète de nouveaux meubles...Il n'en avait pas prit des Etats-Unis, il n'en avait même pas ressenti le besoin pour tout dire. Il avait juste prit les billets d'avions, c'était la seule chose à laquelle il avait pensé. Sa confidente, son amie, Sarah lui avait proposé de venir le chercher à l'aéroport. Et bien sûr il avait accepté. Ils ne s'étaient jamais vu, mais ils savaient tout de la vie de l'autre. Les écrans interposés leur avaient permis de déveloper une complicité, une confiance l'un dans l'autre qu'il savait qu'il ne retrouverait jamais chez qui que ce soit. Il ne savait pas comment elle était, mais il sentait, étrangement, que lorsqu'il la verrait il la reconnaitrait...Il la connaissait si bien au fond. Par réfléxe, il sortit ses lunettes de soleil noire qu'il posa sur son nez. Comment reconnaître un américain? Ses lunettes de soleil bien sûr! Ce n'était pas la première fois qu'il venait à Paris, il était venu était jeune, mais il n'avait plus beaucoup de souvenirs...Il s'étira. Passer des heures et des heures dans un avion n'était pas son truc, même en première classe.
Revenir en haut Aller en bas
Sarah De Ravin
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Age : 27
Copyright : Avatar by Dead & Ico Profil By nadya14906 & Vava Sign by Batch Fourty & Liloo_59
Secret ? : J'ai volé un bonbon à la pêche quand j'avais dix ans ^^
Date d'inscription : 26/05/2007

• Moi, Moi et encore Moi •
Humeur:
85/100  (85/100)
Amis / Ennemis:
En ce moment ?: Always Love - Nada Surf

MessageSujet: Re: Une triste Arrivée à Paris (P.V Miss Sarah Ravin)   Sam 25 Oct - 1:52

    Si vous êtes le genre de personnes qui a du mal à sortir du lit de bon matin, la jeune De Ravin avait une solution pour vous : donner rendez-vous à l'un de vos meilleurs amis que vous n'aviez encore jamais rencontré et avec qui vous discutiez depuis de nombreux mois grâce à internet. Aucun doute sur le fait que vous ne traineriez pas au lit ce matin là, c'est pourquoi Sarah se retrouva sur ses deux jambes dès six heures du matin, elle inventa une excuse bidon à son père pour justifier le fait qu'elle sortait aussi tôt, en effet la blondinette n'avait pas pour habitude de se priver de ses grasses matinées le Samedi matin, mais bon pour Jules elle faisait un effort, après tout c'était pas n'importe qui hein ! Elle préférait inventer un petit mensonge sans conséquence plutôt que d'expliquer le pourquoi du comment à son père, non pas que la jeune femme soit du genre à aimer mentir à ses parents, mais disons qu'elle doutait de la réaction de son paternel si elle lui expliquait qu'elle allait chercher à l'aéroport un gars de 23 ans qu'elle avait rencontré sur Internet et qui débarquait tout droit de l'étranger, elle l'entendait déjà lui casser les pieds avec ses grands discours sur le fait qu'on vivait dans un monde dangereux et que de nos jours il fallait faire attention à ce que l'on faisait et patati et patata ... C'était bien gentil d'être prudent et tout, mais ce n'était pas non plus la peine d'arrêter de vivre sous prétexte que le monde extérieur était dangereux, de toute manière, si elle l'écoutait à la lettre, elle ne poserait jamais le pied dehors !

    Bref, c'est donc après tous ces petit détails qu'elle arriva à l'aéroport Roissy Charles de Gaulle, elle mit une vingtaine de minutes à trouver où elle devait attendre pour le voir apparaitre, une fois arrivée à destination, Sarah se mis à faire les cent pas, non pas parce qu'elle était stressée, mais au contraire parce qu'elle avait hâte, hâte de le voir en chair et en os et non plus à travers l'écran de son ordinateur. Et pourtant, elle devrait se sentir un peu stressée, non ? Après tout ce serait tout à fait légitime d'appréhender sa rencontre avec lui, ils avaient beau se parler pendant des heures, le voir à travers un écran et en réalité ce n'était pas vraiment la même chose, mais même pas, elle était tellement heureuse qu'il ne lui était même pas arrivée de se dire "Et si on ne sait pas de quoi parler ?" ; après tout pourquoi y aurait-t-il des blancs ? Elle le connaissait comme sa poche ! Pour faire passer le temps, Sarah entreprit, après avoir fait les cent pas durant une bonne demi heure et après avoir retenu les moindres détails du sol qu'elle ne cessait de fixer, de prendre un magazine qui traînait, c'était le genre de magazine que l'on pouvait trouver gratuitement dans les aéroports, c'était pas gratuit pour rien d'ailleurs ! Le magazine était d'une nullité à toute épreuve, il faisait l'éloge des aéroports de Paris, ils étaient débiles ou quoi ? Si on avait le magazine dans les mains c'est que l'on se trouvait déjà dans l'aéroport ! C'était comme cette pub qu'elle avait déjà vu plusieurs fois à la télévision toujours pour les aéroports de la capitale, comme si c'était ça qui donnerait l'argent aux personnes pour partir en voyage, pff c'était n'importe quoi ! C'était peut-être n'importe quoi mais ça ne l'empêcha pas de chantonner la musique de ladite pub durant quelques instants ...

    Bref Sarah s'ennuya à mourir encore pendant une demi heure avant d'entendre que l'avion de Jules venait de se poser, alléluia ! Sans qu'elle ne s'en rende vraiment compte, un sourire naquit sur ses lèvres. Une vingtaine de minutes plus tard, le temps qu'il récupère ses bagages, elle le vit enfin arriver, elle s'approcha du jeune homme avec un grand sourire.


    J'en étais sûre ! A peine arrivé et Monsieur ne peut s'empêcher de jouer le beau gosse dit-elle sur le ton de la plaisanterie lorsqu'elle le vit avec ses lunettes noirs sur le nez. Et pourtant, je pensais t'avoir dis que Paris était le meilleur ami de la pluie !

    Sarah n'attendit pas une seconde de plus pour se jeter dans les bras du jeune homme, et oui comme on l'avait déjà dit précédemment, avec elle il n'y avait pas de manière enfin c'est parce qu'il s'agissait de Jules, pour une autre personne il n'était pas dit qu'elle aurait agit de la même façon.

    Ça va ? Tu m'as l'air bien fatigué ...

    Wow ! Bravo Sarah, que de perspicacité ! Jules avait l'air fatigué après une dizaine d'heures de vol, alors ça c'était du scoop ou je ne m'y connaissais pas. ^^

_________________

« Qu'expriment donc tes yeux ?
Plus que tous les mots qu j'ai lus dans ma vie, il me semble »
Walt Whitman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-oth.frbb.net/index.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une triste Arrivée à Paris (P.V Miss Sarah Ravin)   Lun 27 Oct - 0:41

Posant ses mains sur ses hanches, du côté de son dos, il s'étira, grimaçant légèrement. L'inventeur de l'avion avait vraiment négligé une chose importante: lorsque l'on voyage durant 20 heures, c'est bien d'être confortablement installé! Pourquoi mettre des sièges durs, des repas infects, et tout ce qui fait que l'avion restait une prison volante? Quoi qu'il était mauvaise langue. Il avait l'habitude de voyager, bien sur en temps normal c'était un autre style d'avion, pas vraiment Jet privé, mais presque. Ses habituels voyages étaient un peu plus confortables que celui-ci. Mais là, c'est qu'il était mauvaise langue. Lorsqu'il était de mauvaise humeur, Jules avait la facheuse tendance de tout critiquer, et cet avion ne ferait pas exception à la règle. Pourtant, il devait admettre que ce n'était pas le confort de l'avion qu'il fallait remettre en question, mais bien les passagers. Jules avait été placé au milieu d'un couple qui passait sa vie à se disputer, il avait bien essayé de les faire se mettre à côté, de les calmer...Il n'y avait pas moyen. Ces deux personnes ne dormaient jamais... Ils parlaientun peu, puis s'hurlaient dessus sans même faire attention au jeune homme qui était au milieu d'eux, qui entendait toute leur histoire, et qui essayait de dormir. Résultat des courses, il connaissait toute leur vie par coeur, et il ne voulait surtout pas se marier. Comment vouloir se marier lorsque l'on voyait ce que ça donnait?! C'était totalement horrible, autant pour lui que pour eux. Devant lui, une vieille dame qui passait son temps à bouger, et surtout à coucher son siège. A croire qu'elle ne pouvait pas faire un effort. De toutes les façons, dès le départ, Jules avait sû qu'il aurait ce genre de soucis avec la vieille dame. Et il le comprenait et l'acceptait sans problèmes. C'était la vie, les personnes âgées avaient droit à plus de considération, et lui-même était entièrement d'accord avec cette "loi" et si la vieille femme ne s'était pas couchée, il lui aurait peut-être proposé. Il n'empêche que là, il était dans sa phase critique, et plus rien de pouvait l'en sortir. Derrière lui, un "adorable" gamin, incapable de s'empêcher de donner des coups de pieds dans son siège tandis que ses parents dormaient, et surtotu ronflaient comme des porcs...Bref, que du bonheur!

Je vous laisse donc parfaitement imaginer que notre tendre Jules était un peu exédé et assez exaspéré. Pourtant, lorsqu'une jeune femme blonde au doux visage qu'il aurait reconnu entre 1000 ne serait-ce qu'en le voyant par un écran d'ordinateur, vint se poster devant lui et aussitôt, un grand sourire s'afficha sur le visage de Jules. Il ne ressentait soudain plus de colère, plus d'exaspération et sourit largement à la déclaration de son amie. Non, même lorsqu'il arrivait dans un autre pays, il se la jouait. Il afficah un grand sourire. C'était leur première rencontre en quelques sortes, et à ce titre, il devait reconnaître qu'il était excessivement heureux de voir la jeune femme en chair et en os. Ce n'était pas tous les jours que l'on avait cette chance. La chance de rencontrer quelqu'un qui nous est cher pour la première fois. Et pourtant, pouvions nous vraiment parler d'une rencontre? Il la connaissait tellement bien qu'il avait l'impression de la connaître par coeur, comme on connaîtrait sa soeur. C'était étrange de se dire que c'était la première fois qu'il la voyait. Il remonta ses lunettes de soleil pour la placer dans ses cheveux de manière à voir son amie en "couleur", de la voir bien, et puis aussi par soucis de politesse. Chez Jules, tout était un soucis de politesse. Il avait réussi à se tirer un peu de l'éducation stricte de ses parents, mais il en gardait des séquelles, comme ses grandes manières un peu princières par moment, ce grand respect de l'autre.


"Que veux-tu, ou on a la classe, ou on ne l'a pas"

Une petite blague une peu nulle il faut l'avouer mais dite avec tellement de théâtre qu'elle pouvait faire rire. Jules aimait faire de l'humour, malheureusement, il avait un humour assez particulier et qui n'était pas toujours compris, mais qu'importe? La jeune femme se jeta dans ses bras, il la receptionna bien sur avec plaisir. Il la serra contre lui, la soulevant pour la faire tourner. Il était tellement heureux de la voir, enfin. Lorsqu'il se lachèrent, ils s'observèrent mutuellement. Normal...Il l'avait vu en photo, ou en vidéo, et il devait pourtant dire que ça n'avait rien à voir. Sans doute était-ce aussi les réléxions qu'elle se faisait: elle croyait voir apparaître un beau jeune homme, et en fait elle se plantait totament Razz . La jeune femme lui fit d'ailleurs remarquer qu'il paraissait fatigué. Qu'est-ce que je disais? Ca commençait! Peut-être allait-elle le remettre dans l'avion? Jules lui sourit un peu. Si elle imaginait ce qu'il avait vécu...un véritable enfer.

"Tu ne peux pas imaginer à quel point...Dis-moi, tu as déjà pensé à te marier? Non, ce n'est pas une demande en mariage hein, juste une question pour évaluer ta folie. Parce que franchement, si tu te marie un jour, je ne prendrai pas l'avion avec ton couple!"

Elle ne devait pas comprendre...Et au fond c'était tant mieux, ça rendait la conversation peut-être un peu amusante. Jules n'avait pas envie de parler de ses parents, de sa vie en général. Pas pour l'instant. Il ne voulait parler que de choses drôles. De Sarah aussi, beaucoup de Sarah. En fait, il voulait parler de tout sauf de ses parents....
Revenir en haut Aller en bas
Sarah De Ravin
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Age : 27
Copyright : Avatar by Dead & Ico Profil By nadya14906 & Vava Sign by Batch Fourty & Liloo_59
Secret ? : J'ai volé un bonbon à la pêche quand j'avais dix ans ^^
Date d'inscription : 26/05/2007

• Moi, Moi et encore Moi •
Humeur:
85/100  (85/100)
Amis / Ennemis:
En ce moment ?: Always Love - Nada Surf

MessageSujet: Re: Une triste Arrivée à Paris (P.V Miss Sarah Ravin)   Mar 28 Oct - 0:28

    Sarah ne put s'empêcher de rire à la réflexion de Jules "Que veux-tu, ou on a la classe, ou on ne l'a pas", décidément ce n'était pas le fait d'être derrière un ordinateur ou en face d'elle qui allait changer le jeune homme, et oui même via msn il lui balançait ce genre de petite remarques, ce qui avait d'ailleurs toujours le don de faire sourire la jeune De Ravin puisqu'elle savait pertinemment que Jules ne se prenait pas au sérieux. Heureusement que son comportement ne changeait pas en face d'elle, ces derniers mois ils étaient devenus tellement proches et Jules avait pris une place si importante dans sa vie qu'elle n'aurait pas supportée de ne pas retrouver la même personne devant ses yeux aujourd'hui. C'était tout de même étrange, Sarah était avant de discuter avec le jeune américain de ceux qui pensaient qu'on ne pouvait pas créer de vrais liens avec des personnes avec qui l'on discutait uniquement par écran interposés, d'ailleurs même après avoir commencé à discuter avec Mister Harrison, elle avait continué à penser ça durant un petit moment et puis un jour elle avait eut un problème avec sa ligne et elle c'était rendu compte que ne pas parler souvent à Jules était un problème qu'elle se devait de régler rapidement, depuis ce temps là, Sarah ne restait pas perplexe lorsqu'une personne qu'elle connaissait lui disait se sentir très proche d'une personne rencontrée sur le web. Sarah piqua les lunettes de soleil qui avaient élu domicile sur la tête de Jules et les mit elle-même.

    Qu'est-ce que tu veux on est prétentieux ou on ne l'est pas dit-elle sur le même ton que le blondinet venait d'adopter. Je te les confisque jusqu'a nouvel ordre, je te les rendrai seulement si je trouve enfin la demoiselle qui fera chavirer ton cœur, avec cette allure, je suis sûre qu'elle te tombera tout de suite dans les bras ...

    Apparemment lui non plus ne se sentait pas gêné ou timide face à elle vu la manière dont il l'accueillit lorsqu'elle lui sauta dessus et c'était tant mieux ! Une fois que ses pieds retouchèrent le sol, Sarah commença à marcher aux côtés de Jules et oui elle avait d'autres projets que celui de passer le reste de sa journée dans l'aéroport, elle avait tellement de choses à lui faire découvrir et tellement de choses à lui montrer ! Rien que d'y penser ça la faisait sourire. Avait-elle déjà pensé à se marier ? Oui, un peu comme tout le monde d'ailleurs enfin un peu comme la plupart des personnes qui peuplaient cette planète. Mais Sarah ne voulait aucune responsabilité avant ses trente ans, donc pour tout ce qui était mariage, enfants et compagnie ce ne serait pas avant la trentaine, cela ne signifiait pas qu'elle n'était pas sérieuse avec les hommes loin de là, mais c'était juste qu'elle voulait profiter de sa jeunesse à fond et ne pas faire comme ses parents qui l'avaient eut très tôt. Avant de se poser et de commencer à construire sa vie, Sarah voulait faire tout un tas d'expérience, pour ne pas regretter lorsqu'elle serait plus âgée de ne pas avoir fait tel ou tel chose, rien que la pensée qu'elle pouvait passer à côté de sa vie ou qu'elle pouvait ne pas profiter à fond de son existence la terrifiait.

    Oh quel dommage ... Et moi qui pensais que tu voulais te marier avec moi ... Tu sais que tu viens juste de me briser le cœur là ? dit-elle en plaisantant Qu'est-ce que tu as entendu de si étrange qui peux te faire dire ça ? demanda-t-elle impatiente de connaître la réponse de Jules. A chaque fois qu'ils discutaient ensemble, il avait toujours des anecdotes croustillantes à lui raconter sur des choses qu'il vivait, sérieusement s'il n'avait pas trouvé de postes en tant que journaliste il aurait pu écrire un livre relatant toutes ses aventures.

    Alors dis moi, tu n'as rencontré aucune demoiselle dans l'avion qui aurait craqué à ton accent américain ? De toute façon, même si ce n'est pas le cas, tu sais très bien que je me suis auto confiée comme mission de trouver la fille qui répondra à toutes tes exigences. Parce que honnêtement t'es pas facile comme garçon dit-elle pour le taquiner

    A ce propos, il faudrait qu'on sorte un de ces soirs, comme ça j'aurai mon garde du corps attitré siffle

_________________

« Qu'expriment donc tes yeux ?
Plus que tous les mots qu j'ai lus dans ma vie, il me semble »
Walt Whitman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-oth.frbb.net/index.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une triste Arrivée à Paris (P.V Miss Sarah Ravin)   Dim 2 Nov - 0:32

La jeune femme ria, et ce simple rire poussa Jules à afficher un large sourire, ravi de voir que la jeune femme le supportait même sans qu'il y ait un écran d'ordinateur entre eux. S'aurait très bien pû ne pas être le cas après tout...Jules était conscient que l'on pouvait changer lorsque l'on rencontrait quelqu'un pour de vrai, nous pouvions être déçu de voir une personne trop différente de celle que l'on croyait connaître. Jules espérait ne pas changer, il comptait d'ailleurs ne pes changer. Evidement il ne pouvait pas prévoir un changement, mais qu'importe. Il ne voyait pas l'interêt de changer en rencontrant Sarah. Leur amitié avait commencé parce qu'ils s'étaient découvert des atomes crochus, une familiarité, des sentiments amicaux pour leurs personnes respectives et pas pour des inconnus. A la base, Jules non plus ne croyait pas vraiment à ces rencontres par internet. Longtemps d'ailleurs il n'y avait pas cru, et puis au fur et à mesure, il se rendait compte que Sarah prenait une place de plus importante dans a vie, au point même qu'il ne livrait pas ses secrets et ses problèmes à ses amis de toujours mais bien à la jolie française. Il n'empêchait pas que ce manque de croyance envers les rencontres par Internet ne l'empêchait pas de se comporter comme quelqu'un d'honnête et d'être lui-même à chaque mot qu'il tapait sur son clavier. Et ça lui avait plutôt bien réuissi parce que grâce à ça, il avait pû se lier d'une grande et forte amitié avec la fille la plus géniale de France, sans aucun doute. Oui, ce type de répliques était exactement le type de truc qu'il pouvait sortir à tout moment même s'il ne le pensait pas. Il ne se privait pas de le dire avec un grand plaisir d'ailleurs. Ce n'était pas sérieux, il n'était pas de ces types sûrs d'eux et de leur charme, au contraire sans doute même, surtout en ce moment. Mais c'était son humour, une partie au moins de son humour qui faisait partie de son identité et de sa personne. Il était certain que chacun de ses amis aux USA se souvenait d'au moins un de ces phrases que Jules aimait tant sortir.

La jeune femme prit les lunettes de soleil posées sur ses courts cheveux blonds cendrés pour les poser sur son nez. Le jeune américain sourit en la regardant faire. En temps normal, il n'appréciait que très moyennement que l'on touche à ses affaires, surtout à ses lunettes chéries, mais Sarah...C'était différent. Il avait confiance en elle et ça ne le dérangeait pas du tout, au contraire. Elle l'imita un peu, reprenant une grande phrase "on est prétencieux, ou on ne l'est pas." Etait-il prétencieux? Sans aucun doute. Mais pas dans le sens sérieux du terme. Il était plus du genre à douter de lui qu'à être sûr de lui au point de se vanter de chacun de ses gestes. Il n'était pas vraiment du genre à ecraser les autres d'une pseudo supériorité. Il lui fit un petit sourire Made By Jules, autrement dit innocent et enjoleur.


"Et selon toi, serai-je du genre prétencieux"

Il avait tellement étudié le français, tant en parlant avec Sarah que parce que la langue lui plaisait que maintenant, malgré parfois quelques erreurs ou hésitations, il jouait facilement avec la langue. Elle décréta qu'elle lui confisquait jusqu'à ce qu'il trouve la femme dont il tomberait amoureux. Il soupira. Elle n'avait apprement pas oublié cette terrible lubie qui l'avait prise recement. Il y avait de cela quelques mois, Sarah avait en effet décrété qu'elle comptait lui trouvait la femme de sa vie. Enfin, ce n'était pas exactement le terme qu'elle avait utilisé, mais pour sa part, c'est ce que Jules avait compris. Il se frotta le visage en souriant à peine. Il était amusé, oui, il était toujours amusé lorsqu'il parlait avec Sarah, mais tellement exaspéré aussi. Ses histoires de coeur étaient ses histoires de coeur, et pas celles des autres, c'était sa vie. Vu l'air malicieux qu'elle arborait, elle devait se douter que ce n'était pas vraiment sa tasse de thé. Il n'essaya même pas de récupérer ses lunettes. Même si c'était la premièr fois qu'ils se voyaient, il connaissait suffisement son amie pour savoir qu'elle n'abandonnerait pas alors autant qu'elle soit encore heureuse avec ses lunettes. Ca ne le derangeait pas. Si ça avait été quelqu'un d'autre, il aurait réagit, mais pas avec Sarah. A Sarah, il lui laisserait ses lunettes parce que la voir avec lui faisait plaisir. C'était ainsi...

"La femme qui fera chavirer mon coeur? Pour quoi faire? Je viens de débarquer à Paris, alors tu sais, j'ai d'autres chats à fouetter en ce moment."


Oui, en plus, il avait d'autres chats à fouetter. Il devait s'acclimater à la capitale française, prendre des nouvelles de son père même s'il ne s'en sentait pas la force, commencer à travailler....Lorsqu'il la reposa par terre, elle commença à avancer et il la suivit. L'aéroport était, il faut bien l'avouer gigantesque, et si elle comptait en sortir, il valait mieux qu'il la suive parce uq'il ne faisait aucun doute qu'il y avait plusieurs sorties...Elle fit mine d'être déçue de voir qu'il ne la demandait pas en mariage et il sourit à cette pensée. Il était persuadé que même s'ils étaient amoureux, ils ne pourraient pas se marrier. Simplement déjà parce qu'il ne pourrait pas ête amoureux de cette jeune femme qui était comme sa soeur, sa soeur de coeur...Il sourit
.

"Un jour peut-être, pour le moment je suis traumatisé à vie!"

Ah là là...C'est vrai qu'il lui arrivait toujours des tonnes de choses à ce Jules. Il savait qu'en mettant le pied dehors, il reviendrait avec quelque chose à raconter. Mais ça, c'est parce qu'il était du genre très curieux, et très observateur. Résultat des courses, il observait partout jusqu'à trouver effectivement quelque chose à raconter. Quoi que là, dans cet avion de malheur, il n'avait pas vraiment eu grand chose à chercher. C'était incroyable! Il avait appris tellement de trucs sur la vie conjugale qu'il priait pour ne jamais se marier! Ou alors se marier seulement avecl a femme de sa vie.

"Brrr! Tu sais que les belle-mère sont suffisemen timbrées pour tuer leur gendre? Ou essayer de les tuer? Quand aux beau-pères, c'est pas mieux: la femme à côté de moi s'est fait draguer par le père de son mari. Dans le genre évidement y'a aussi euh... à oui, le ménage, et enfin...Trop de trucs terribles pour tes innocentes oreilles. L'essentiel c'est que le mariage sera dans...De très très nombreuses années!"

Et la jeune femme revint sur des conquêtes, enfin au moins des jolies demoiselles qui auraient pû lui plaire et surtout qui avait craqué à son accent américain. Il eut un sourire. Il y avait bien la petite vieille devant et la mariée qui n'avait pas arrêté de le prendre à témoin, mais sinon il n'avait pas eu l'occasion de parler avec d'autres personnes. Les uatres étaient plus malins, et ils avaient tous des boules quiez. Il secoua négativement la tête tandis qu'elle lui rappellait qu'à son grand malheur elle comptait de toutes les façons effectuer cette tâche pour lui. Ils n'étaient pas sortis de l'auberge. Jules avait un gros défaut: lorsqu'il était contre une idée, il avait tendance à mettre beaucoup de mauvaise volonté et si au début il fera un effort, ce n'était pas dit que ça durera. D'autant plus qu'il était comme elle le disait "difficile". Enfin, c'était toutefois un bien grand mot. Il n'était pas SI difficile. Il tombait juste amoureux de la bonne personne uniquemenr. C'était normal au fond, non?

"Autant pour le garde du corp je suis d'accord pour que tu puisse frimer devant tes copines avec un si beau mâle à tes côtés, autant je suis un peu moins d'accord pour ta mission suicide"
Revenir en haut Aller en bas
Sarah De Ravin
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Age : 27
Copyright : Avatar by Dead & Ico Profil By nadya14906 & Vava Sign by Batch Fourty & Liloo_59
Secret ? : J'ai volé un bonbon à la pêche quand j'avais dix ans ^^
Date d'inscription : 26/05/2007

• Moi, Moi et encore Moi •
Humeur:
85/100  (85/100)
Amis / Ennemis:
En ce moment ?: Always Love - Nada Surf

MessageSujet: Re: Une triste Arrivée à Paris (P.V Miss Sarah Ravin)   Mar 4 Nov - 3:29

    Sarah regarda Jules lorsqu'il lui demanda s'il était du genre prétentieux, elle fit mine de réfléchir, et après un moment de silence elle lui répondit avec un petit sourire aux lèvres.

    Toi prétentieux ? Je vois vraiment pas ce qui peut te faire penser ça dit-elle avec ironie pour le taquiner.

    Il avait d'autres chats à fouetter ? C'était parfait ! Lui il s'occupait de son boulot et de tout un tas de trucs ennuyant qui ponctuaient sa vie et elle elle se chargeait du reste soit la partie la plus intéressante. Sarah avait beau vouloir le raisonner, Jules s'obstinait encore un toujours : il ne voulait pas de petite amie. Mais la blondinette n'avait pas dit son dernier mot ! Il ne voulait pas perdre de temps à chercher une copine ce n'était pas grave, elle le ferait pour lui, parmi toutes les filles qui peuplaient la capitale il y en avait bien une qui devait répondre à toutes les exigences de Jules. Oui vous avez bien lu j'ai dis toutes les exigences de Jules, car il avait beau être extrêmement gentil, on ne pouvait pas dire qu'il était facile à satisfaire ... Sarah lui avait envoyé plusieurs fois des photos de ses copines qui soyons honnête n'étaient pas moche du tout et vous savez ce qu'il avait trouvé à dire ? "Trop blonde" ou encore "T'as vu ce nez c'est horrible ? " forcément si déjà elles ne lui plaisaient pas physiquement, elles n'avaient pas beaucoup de chance pour la suite ... Mais Sarah n'avait pas dit son dernier mot ... Son plan ? Emmener tous les weekend end Jules en boite de nuit pour qu'il craque à force de voir de belles femmes qui ne demandent qu'a le connaître, enfin bien sûr avant que qui que ce soit ne s'approche de trop près de lui Sarah examinera chaque personne sous toutes les coutures. La jeune De Ravin se serait bien lancée dans ce genre de soirées plusieurs fois dans la semaine mais le hic était qu'elle avait ses cours à la fac la journée et le théâtre le soir et en plus de cela elle devait bosser le tout en rentrant chez elle le soir, alors si en plus elle se lançait dans des expéditions nocturnes, elle n'était pas sortit de l'auberge, déjà qu'elle avait du mal à tout gérer ...

    Tu as peut-être d'autres chats à fouetter, mais pas moi ... Et puis tu n'auras pas à te prendre la tête, je vais faire une enquête minutieuse sur chaque fille qui s'approchera de toi, comme ça je recalerai pour toi celles qui ne te conviennent pas. dit-elle même si elle doutait que cet argument soit suffisant pour convaincre son ami de ses intentions.

    Sarah haussa les épaules l'air de dire "Tu ne sais pas se que tu perds" lorsqu'il lui dit qu'il songerait peut-être au mariage plus tard avec elle. Tout comme lui, elle ne les voyait vraiment pas ensemble, l'idée de le charmer lui avait peut-être traversée l'esprit une demi seconde peu de temps après lui avoir parlé sur le net et encore c'était pour s'amuser puisqu'elle ne croyait pas à ces relations fictives qu'on pouvait se faire via internet mais ça lui était vite passée ... D'ailleurs, rien que de se rappeler ce qu'elle avait pu penser auparavant la faisait grimacer ... Sérieusement, comment ces deux là pourraient-ils se mettre ensemble ? Le seul moment où elle envisageait de former un couple avec lui l'espace de quelques instants ce serait si il avait besoin de se sortir d'une situation embarrassante avec une fille par exemple ... Parce que Sarah avait beau à tout prix vouloir trouver la fille qui conviendrait à Jules elle n'en était pas moins gaffeuse, il n'était donc pas improbable qu'elle le mette dans des situations plus qu'embarrassantes.

    Si tu ne veux pas que je te trouve la perle rare j'ai une idée ... dit-elle en le regardant mystérieusement. Tu n'as qu'a te marier avec moi ! Comme ça tu seras obligé de me rester fidèle et ne fréquenter personne puisque c'est ce que tu souhaites tant, et moi en échange ça m'empêchera de faire des bêtises. dit-elle en riant.

    Après tout ce n'était pas une si mauvaise idée ... Elle l'appliquera peut-être le jour où elle ne risquera pas de se faire tuer par son père pour avoir agis bêtement.

    Mes innocentes oreilles, hein ? Et moi qui pensais que tu commençais à me connaître un tout petit peu. Apparemment je me suis trompée ... lui répondit-elle avec un petit air taquin. Dis donc sur quelles folles t'es tombé ? Ça fait très soap opéra ton truc je trouve ... commenta-t-elle sans pouvoir s'empêcher de se moquer gentiment de lui. Sacré Jules !

    Ma mission suicide ? Mouais on en reparlera lorsque tu refuseras de passer du temps avec moi parce que tu seras trop occupé à bichonner l'élu de ton cœur ... dit-elle sur un air un peu dubitatif. Trop cool ! Tu acceptes d'être mon garde du corps ! Fais attention maintenant que je t'ai je ne te lâche plus !

_________________

« Qu'expriment donc tes yeux ?
Plus que tous les mots qu j'ai lus dans ma vie, il me semble »
Walt Whitman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-oth.frbb.net/index.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une triste Arrivée à Paris (P.V Miss Sarah Ravin)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une triste Arrivée à Paris (P.V Miss Sarah Ravin)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paris City :: • Hors Jeu • :: Archives-
Sauter vers: