AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Un cours dans la joie et la bonne humeur [Nicolas]

Aller en bas 
AuteurMessage
Sarah De Ravin
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Age : 27
Copyright : Avatar by Dead & Ico Profil By nadya14906 & Vava Sign by Batch Fourty & Liloo_59
Secret ? : J'ai volé un bonbon à la pêche quand j'avais dix ans ^^
Date d'inscription : 26/05/2007

• Moi, Moi et encore Moi •
Humeur:
85/100  (85/100)
Amis / Ennemis:
En ce moment ?: Always Love - Nada Surf

MessageSujet: Un cours dans la joie et la bonne humeur [Nicolas]   Mar 11 Nov - 0:54

    Deux jours s'étaient écoulés depuis que Amélia, Sarah et Nicolas c'étaient retrouvés dans la même pièce et que la jeune femme était comment dire partit en cacahuète, durant ces dernières quarante huit heures Sarah avait été tiraillée entre deux états sentiments : la culpabilité et la colère. Tout d'abord la culpabilité car dire qu'elle c'était comportée comme une imbécile n'était pas exagérée, non mais franchement à quoi avait-elle pensé ? Avait-elle réellement crut qu'essayer de mettre tout le monde mal à l'aise arrangerait un tant soit peu la situation ? Lorsqu'elle avait vu Nicolas entrer dans la pièce l'unique réaction qu'elle aurait dû avoir aurait dû être de s'excuser poliment et de prétexter un rendez-vous ou une autre excuse bidon pour s'enfuir le plus rapidement possible, mais non au lieu de ça elle avait commencée à dérailler, et pourtant, au début lorsqu'il n'y avait eut qu'Amélia et elle c'était ce qu'elle vouait faire, s'en aller le plus vite et le plus loin possible de ce scénario catastrophe, mais allez savoir pourquoi lorsqu'elle avait vu Nicolas débarquer elle n'avait pas su garder le contrôle de son esprit et avait ressentit le besoin de faire n'importe quoi, elle avait crut que ça le gênerait mais apparemment le seul effet qu'avait eut son comportement avait été de s'attirer les foudres de son prof, il ne fallait pas avoir fait polytechnique pour comprendre les regards qu'il lui avait lancé ... Inutile de préciser qu'elle n'avait fait que repenser à ça, au regard glacial qu'il lui avait lancé ... Elle avait d'ailleurs un peu peur de ce qu'ils se diraient lorsqu'ils se retrouveraient face à face, réponse dans quelques minutes ! Mais bon en même temps, il n'avait pas trop intérêt à la charger sinon elle ne mettrait pas très longtemps à s'énerver, elle voulait bien croire qu'elle avait une grosse part de responsabilité dans ce qui c'était produit mais il ne fallait pas pousser Mémé dans les orties hein !

    Bref, au lieu de perdre son temps à se remémorer tout ce qui c'était passé, la jeune étudiant ferait mieux de presser un peu plus le pas, car si Nicolas avait été clément en prenant avec le sourire son retard d'il y a quelques semaines, elle ne savait pas pourquoi mais elle avait l'impression qu'il n'en serait pas de même aujourd'hui, surtout qu'elle avait séchée le cours auxquel elle aurait dû assister deux jours auparavant, elle ne c'était comment dire pas sentit en état de rester à ses côtés sachant qu'il ne devait pas la porter dans son cœur après ce qui c'était produit, et surtout elle savait que si elle y avait été il ne l'aurait pas loupé ... Heureusement pour elle, elle sortit de la fac à l'heure et elle n'eut aucun problème au niveau des transports, et portant quelque part elle priait pour que l'échéance ne soit retardée, mais comme on dit quand faut y aller, faut y aller ! Elle arriva juste à temps avant que la porte de la salle ne se ferme, et alla s'asseoir en se mêlant aux autres. A aucun moment durant ce cours Sarah ne le regarda dans les yeux à chaque fois qu'il parlait pour donner des instructions, elle fixait un point invisible dans la pièce, elle avait bien trop peur de ne pas résister à la tentation de s'enfuir si elle croisait ses yeux, au moins elle se disait que lorsqu'elle serait seule face à lui, elle serait obligée de faire face et ne pourrait pas s'échapper. C'est donc comme ça que se déroula tout le cours, à éviter de le regarder, de toute manière elle se doutait bien qu'il ne s'attarderait pas à la détailler sous toutes les coutures, mais elle préférait prendre ses précautions au cas ou ...

    Quand la fin du cours arriva, Sarah ne prit même pas la peine de faire semblant de ranger ses affaires un peu plus longtemps que les autres ou encore de trouver un autre moyen qui justifierait sa présence, non elle se contenta simplement d'attendre que tout le monde sorte, une fois que ce fut chose faite, elle le regarda enfin pour la première fois depuis qu'elle avait posée le pied dans la salle, elle laissa s'écouler quelques secondes, puis se décida enfin à parler.


    Je suppose que tu attends des explications ou des excuses dit-elle le plus simplement du monde, ce n'était peut-être pas l'entrée en matière idéal, mais qu'il ne s'attende pas non plus à ce qu'elle tombe à ses pieds pour lui implorer son pardon, ce n'état vraiment pas son genre ... Et oui la demoiselle était assez fière et têtue, il allait falloir faire avec !

_________________

« Qu'expriment donc tes yeux ?
Plus que tous les mots qu j'ai lus dans ma vie, il me semble »
Walt Whitman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-oth.frbb.net/index.htm
Nicolas Stevens
I'll Be Watching You
avatar

Nombre de messages : 112
Age : 30
Photo D\'Identité :
Date d'inscription : 27/08/2008

• Moi, Moi et encore Moi •
Humeur:
0/100  (0/100)
Amis / Ennemis:
En ce moment ?: Alesha Dixon - The Boy Does Nothing

MessageSujet: Re: Un cours dans la joie et la bonne humeur [Nicolas]   Mar 11 Nov - 2:19

    Deux jours, quarante-huit heures, il ne savait combien de minutes et de secondes, mais c’était le temps qu’il avait fallu pour que sa vie bascule du tout au tout. Il y a encore peu de temps, Nicolas Stevens était professeur heureux en ménage, une situation stable, une vie tranquille et bien organisée. Puis il y avait eu une jeune fille qui avait bouleversé cet équilibre, mais de la plus agréable des façons, et qui lui avait apporté tout ce dont il manquait. Mais comme les personnes qui pensaient que l’on pouvait tout avoir, le beurre et l’argent du beurre, le jeune homme était bien vite retombé de son piédestal, revenant brutalement à la réalité. Il avait joué, lamentablement, avec deux superbes femmes, sans mauvaises intentions mais le résultat avait été le même. Quelques jours plus tôt, il avait été confronté à une situation rocambolesque, se retrouvant en compagnie de ces deux femmes en même temps, et la conversation qui avait eu lieu avait eu deux effets: le fait qu’il éprouve soudain une réelle colère et un vrai ressentiment pour Sarah, dont l’attitude l’avait surpris et aigri. Mais c’était une nouvelle facette qu’il avait découvert d’elle. Le second effet avait été de lui mettre un bon coup de pied aux fesses pour cesser ce tango à trois et tout mettre au clair, en assumant les conséquences qui en résulteraient.
    C’est ainsi que la vieille à peine, Nicolas avait pris la décision d’avouer la vérité à sa petite amie sur son histoire extra conjugale, bien qu’ils ne soient pas mariés et qu’il n’y avait plus vraiment d’histoire, mais le fait n’était pas là. Il s’était débarrassé de son silence et de ses remords à cacher tout ce qu’il ressentait. Le couple ne s’était pas encore décidé sur ce qu’il adviendrait, mais le jeune homme avait passé la nuit à l’hôtel. Voilà ce à quoi se résumait les deux derniers jours de la vie du professeur, qui se trouvait depuis dans un état quelque peu léthargique, comme si on lui avait administré des calmants à forte dose.

    Alors quand il s’était levé ce matin, dans sa chambre d’hôtel modeste, un peu perdu, il lui avait fallu un certain temps pour retrouver ses esprits et prenant conscience de sa situation, il avait même un instant pensé à se faire porter pâle pour ne pas aller enseigner aujourd’hui, et surtout pour ne pas tomber sur Sarah, avec qui il ne saurait pas comment se comporter. Finalement, il avait tout perdu en peu de temps, car il doutait que tout serait rose entre eux deux.
    Mais il était adulte et fuir n’arrangerait en rien ses problèmes. Ne souhaitant pas faire d’efforts vestimentaires aujourd’hui, il changea son costume habituel et sa cravate pour un jean foncé, un t-shirt blanc qui lui collait au corps et sa veste de cuir noir qu’il n’avait plus remis depuis des années, après une bonne douche froide. Un peu de changement ne lui ferait pas de mal. Il ne prit même pas la peine de se coiffer, laissant ses cheveux en vrac sur le sommet de son crâne et ne prenant pas la peine de se raser, laissant une fine barbe de deux jours.

    Quand il arriva au théâtre, il passa une grande partie de la journée en salle des professeurs, n’y sortant que pour donner ses cours, regardant fixement la pendule, le temps avançant trop rapidement à son goût, avant son face à face avec Sarah. Il ne savait même pas si ils seraient amenés à se parler autre que pendant son cours. Parce que si ils se retrouvaient tous les deux, il ne savait pas si il allait se mettre en colère contre elle pour son attitude, ou bien rester calme et tenter de relativiser les choses. Le jeune homme ne savait même pas si il comptait lui dire qu’il avait tout dit à Amélia, car c’était la dernière chose dont il avait envie de parler, surtout avec elle.
    C’est peut-être la raison qui fit qu’il ne lui adressa pas un regard, se concentrant sur ses autres étudiants, même quand il passa entre les rangs pour leur faire passer un livre, qu’il laissa tomber sur ses genoux. Mais il eut beaucoup de moments d’absences, se faisant rappeler maladroitement à l’ordre par l’un de ses élèves pour qu’il ne revienne parmi eux. Ils s’étaient déjà étonnés de voir leur professeur dans un look décontracté et moins professionnel, alors ils finiraient par croire qu’il était stone si il continuait. Le jeune homme se reprit quelques minutes à peine avant la fin du cours et il en fut soulagé à tel point qu’il ne put retenir un soupir de soulagement, saluant vaguement les élèves qui lui dire au revoir. Il s’adossa à la scène, les deux mains posées sur le parquet en bois et les bras tendus de chaque côté de son corps, remarquant enfin sa favorite qui était restée et le regardait enfin dans les yeux. Il soutînt son regard de manière neutre et il la vit s’avancer, et son soulagement s’évapora. Il avait affronter Amélia la veille, il n’était peut-être prêt à remonter sur le ring, sauf si Rocky Balboa prenait possession de son corps.

    Nicolas écouta sa phrase, baissant la tête un instant en la secouant de gauche à droit, fermant les yeux avant d’affronter l’océan de ses yeux.


    « Tu supposes mal » dit-il simplement sans agressivité. Après tout, elle avait fait l’effort de venir le voir. « Je n’attends ni l’un ni l’autre » ajouta ce dernier, se détachant de la scène et passant à côté d’elle, la frôlant involontaire de sa main avant de se diriger vers les sièges où il commença à ramasser un à un les livres qu’il avait distribué plus tôt et que les étudiants avaient laissé, les rangeant dans un carton. « Ce qui est arrivée était prévisible non? Ma petite amie, enfin petite amie c’est vite dit dans un face à face avec ma….ma…..enfin avec toi! Il était normal que ça parte en vrille totale non? » questionna-t-il en lui tournant volontairement le dos, continuant de ranger ses livres, pour ne pas avoir à affronter son regard, sous peine qu’il ne se contrôle plus. Son ton restait calme mais la manière dont il jeta rageusement un bouquin dans le carton contrastait avec ce ton.

    Il finit par s’asseoir et relever les yeux vers elle.


    « J’aimerais juste comprendre pourquoi tu as agis comme ça? » demanda-t-il en écartant les bras en signe d’incompréhension. « Est-ce que c’est parce que tu n’avais pas confiance en moi et que tu pensais que j’étais comme ces types qui promettent de quitter leur femme sans jamais le faire? Je sais que j’ai déconné mais j’aimerais en effet, une légère explication » admit-il, sans se rendre compte qu’il avait un peu haussé le ton.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah De Ravin
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Age : 27
Copyright : Avatar by Dead & Ico Profil By nadya14906 & Vava Sign by Batch Fourty & Liloo_59
Secret ? : J'ai volé un bonbon à la pêche quand j'avais dix ans ^^
Date d'inscription : 26/05/2007

• Moi, Moi et encore Moi •
Humeur:
85/100  (85/100)
Amis / Ennemis:
En ce moment ?: Always Love - Nada Surf

MessageSujet: Re: Un cours dans la joie et la bonne humeur [Nicolas]   Mar 11 Nov - 14:57

    Sarah écarquilla doucement les yeux lorsqu'elle l'entendit lui dire qu'elle supposait mal, alors ça n'allait pas se dérouler comme elle l'avait imaginé ? Car dans son imagination, elle l'avait vu l'accabler de reproches, lui dire qu'elle était inconsciente, que ce n'était pas à elle de faire une telle chose, qu'elle savait dans quoi elle c'était mise en acceptant de le fréquenter officieusement, qu'il lui avait déjà dit qu'il avait besoin de temps pour réfléchir, j'en passe et des meilleurs, mais là non ... Il se contentait de lui dire qu'elle avait tord allant même jusqu'a peut-être pas excuser, mais à lui dire que son attitude avait été légitime, face à de telles paroles, Sarah ne savait pas trop comment réagir, il la prenait de court ... Qu'était-elle supposée faire maintenant ? "Puisque tu ne m'en veux pas, je file j'ai un train qui m'attend merci et au revoir " ? Euh pas vraiment, comme le disait le proverbe, il faut se méfier de l'eau qui dort, elle se doutait bien que dans très peu de temps, leur échange ne serait plus aussi calme, que faisait-elle ? Elle attendait qu'il s'énerve après elle ou elle faisait comme si tout ça était normal ? Car honnêtement, elle doutait vraiment que la seule réaction de Nicolas après son comportement soit de lui dire qu'il n'attendait ni excuse ni explications, même la personne la plus sympa du monde aurait perdu ses moyens ... En tous cas, une chose était sûre, si Sarah avait été à la place de Nicolas il n'y aurait pas eut de « Tu supposes mal » non il y aurait juste eu un "Sors d'ici" ben oui au début il fallait être poli, et par la suite elle aurai comment dire été un peu moins calme ... D'ailleurs, elle n'aurait certainement pas réfléchit au fait que ce soit Nicolas qui soit en face d'elle, dans ce genre de situation, elle agissait et ensuite elle réfléchissait, d'ailleurs la façon dont elle c'était comportée la dernière fois qu'ils c'étaient vus le montrait très clairement, non ?

    Oh ... dit-elle en fermant les yeux lorsqu'il la frôla pour tenter de garder le contrôle sur elle-même.

    Sarah ne lui répondit pas ensuite, car même si elle savait que sa question « Il était normal que ça parte en vrille totale non ? » était purement rhétorique, et bien au risque de paraître gonflée à ses yeux c'était tout à fait normal ! Il s'attendait peut-être à un « C'est vrai que la situation était assez gênante, mais j'aurais du faire un effort, je ne suis pas une gamine ... », et bien non ! Tout d'abord parce qu'elle ne pensait pas ces dernières paroles et elle ne voyait pas vraiment l'utilité de lui mentir, bon ok lui mentir pouvait peut-être un peu arranger les choses mais ce n'était pas vraiment dans ses habitudes de dire quelque chose qu'elle ne pensait pas pour faire plaisir à quelqu'un, et ensuite à quoi bon lui dire qu'elle n'était pas une gamine puisque Monsieur lui avait clairement fait comprendre le contraire, hein ? Bon, encore une fois elle se doutait bien qu'il ne le pensait pas sinon ils ne seraient pas tous les deux seuls dans cette salle mais quand même, il l'avait dit et puisqu'elle était une gamine, elle allait faire comme si elle l'avait crut ... Au moins, pour la prochaine fois même si elle espérait qu'il n'y aurait pas de prochaine fois, comble de la connerie, c'était bien à elle de penser ça !

    Et voila on y arrivait enfin, au cœur du sujet ... Enfin, elle avait déjà remarqué qu'il ne devait pas pas être si calme que ça vu comment il jetait les livres qu'il avaient distribués durant le cours, pauvre bouquins elle n'aimerait pas être à leur place, quoi que à la réflexion après avoir regardé Nicolas elle se dit que ce n'était peut-être pas si mal d'être à la place d'un de ses livres plutôt qu'a la sienne ... D'ailleurs, celui qui paraissait assez calme il y a quelques secondes ne l'était plus vraiment si on écoutait le ton de sa voix, bon allez elle allait faire un effort et elle allait le laisser lui crier dessus une fois, mais rien qu'une fois hein parce que la miss De Ravin, elle avait pas vraiment l'habitude de se laisser marcher sur les pieds, mais ça vous avez déjà du le comprendre depuis bien longtemps déjà ... Et mince ! En plus il la regardait en lui posant sa question, avec un peu de chance elle c'était dit que peut-être elle n'aurait pas à affronter ses yeux qui étaient encore si tendre à son égard il y a quelques jours, mais non, elle c'était trompée ... Elle soutint son regard, puis au bout de quelques secondes ou quelques minutes ? Elle trouva assez de courage en elle pour lui répondre.

    C'est pas ça Nicolas ... C'est pas une question de confiance, ça se passait très bien enfin tout est relatif jusqu'au moment où tu es arrivé, j'ai juste pas supportée de vous voir ensemble, alors oui je me suis un peu emportée.

    Euh, un peu emportée ? Mais bien sûr ...

    Oh et puis je sais pas moi ! T'es marrant toi en même temps, j'aurai bien voulu t'y voir aussi. Qu'est-ce que tu veux que je te dise ? Que je suis une pauvre gamine qui ne sait pas rester civilisée comme t'as l'air de si bien le penser, très bien je te le dis : je suis une pauvre gamine qui ne sait pas rester civilisée ! Et, puis il me semble que la raison pour laquelle je me suis comportée comme ça est plutôt évidente, non ?

    "Je t'aime crétin, t'as pas encore compris ? " avait-elle envie de lui hurler. Bon et ben pour les bonnes résolutions on repassera plus tard hein ...

_________________

« Qu'expriment donc tes yeux ?
Plus que tous les mots qu j'ai lus dans ma vie, il me semble »
Walt Whitman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-oth.frbb.net/index.htm
Nicolas Stevens
I'll Be Watching You
avatar

Nombre de messages : 112
Age : 30
Photo D\'Identité :
Date d'inscription : 27/08/2008

• Moi, Moi et encore Moi •
Humeur:
0/100  (0/100)
Amis / Ennemis:
En ce moment ?: Alesha Dixon - The Boy Does Nothing

MessageSujet: Re: Un cours dans la joie et la bonne humeur [Nicolas]   Mer 12 Nov - 4:07

    Le jeune homme se rendit compte trop tard qu’il n’aurait sans doute pas du hausser la voix. Il ne souhaitait pas de disputes entre eux, même si il était conscient et avait besoin de régler cette histoire, ce qui était assez paradoxale car il avait le sentiment qu’elle ne se règlerait justement pas sans quelques cris et regards assassins. Mais deux fois en si peu de temps, ça en était un peu trop pour lui, d’où le fait qu’il soit un peu plus sensible, dans le sens irritable, et qu’il ne garderait pas facilement son self control légendaire. Après tout le professeur avait bien le droit lui aussi de péter les plombs et de sortir de ses gonds une fois de temps en temps. Tout le monde le prenait pour un gentil, une personne calme et réfléchie, et bien il lui arrivait aussi de faire des choses inconsidérés et de se laisser aller à des accès de colère. Et en général, comme Nicolas se contenait la plupart du temps, ces accès en question n’étaient pas spécialement agréables à entendre. Bien sûr, il ne disait pas qu’il allait déverser tout ce qui le submergeait sur Sarah. Même si son attitude lui avait déplut, il ne se voyait pas jouer les moralisateurs et puis il avait bien mérité ce qui lui arrivait.
    C’est juste que maintenant qu’il commençait à connaître la jolie blonde, il avait aussi commencé à faire avec son impulsivité, comme il y a deux jours. Au début de leur rencontre, c’était une chose qui lui avait plut, mais à l’époque, il appelait cela de la spontanéité, et à présent, il prenait plutôt ça comme une impulsivité difficilement contrôlable. Alors il redoutait un peu qu’elle suive le mouvement et qu’ils finissent par avoir une violente dispute au beau milieu de la salle. En l’occurrence, ils étaient seuls et il s’en moquait, mais des cris et des reproches, ce n’était pas vraiment ce dont il avait besoin.

    Elle ne s’attendait visiblement pas à ce qu’il réagisse comme ça vu son « oh » très significatif. Un seul mot pouvait en dire beaucoup en réalité. Peut-être s’attendait-elle à ce qu’il saute dessus en lui sortant tout ce qu’il avait de négatif à lui dire. Il ne pouvait pas nier qu’il y était tenté, autant que de la serrer dans ses bras et de respirer son parfum. Il lui en voulait mais la comprenait, il voulait prendre ses distances et en même temps être avec elle. Le jeune homme avait pensé naïvement qu’une fois que la vérité aurait été révélée, tout redeviendrait normale et qu’il y verrait plus clair, mais c’était tout le contraire. Il venait de jeter une année et demie de vie commune avec une fille géniale sans savoir ce qui l’attendait maintenant. Bien sûr, il savait ce dont il avait envie, une personne qui se trouvait en ce moment en face de lui. Mais alors qu’il n’y avait plus l’obstacle du couple entre eux, il restait toujours leur différence d’âge et le fait qu’il soit son professeur. On ne pouvait pas dire qu’en étant ensemble, ou en tentant de l’être, ils avaient choisi la facilité tous les deux.
    A vrai dire ce dont Nicolas avait particulièrement peur, était de se retrouver seul et d’avoir finalement prit autant de risques pour tout perdre à l’arrivée.

    Il l’écouta lui répondre que ce n’était pas une question de confiance, pourtant c’était bel et bien ce qu’il avait ressenti sur le coup, et c’était pour cela qu’au lieu de se tempérer, le jeune homme avait surenchéri sur Sarah et l’avait provoqué à sa façon, pour lui rendre la monnaie de sa pièce, ce qui n’avait fait qu’envenimer les choses. Un peu emportée? Il ne put s’empêcher d’arquer un sourcil en la dévisageant, faisant une grimace quand à l’adverbe qu’elle avait employé.


    « Doux euphémisme! » répondit-il d’un ton neutre. « Je peux comprendre que la situation ait été pénible, mais à ce moment là, tu n’étais pas obligé de rester pour me mettre à l’aise alors que tu savais que c’était aussi compliqué pour moi! » ajouta ce dernier dans un léger ton de reproches. « C’est sans doute pourquoi je me suis moi-même un peu emporté » finit-il dans un ton plus calme en reprenant ses mots.

    « J’étais énervé je ne pensais ce que j’ai dit sur ton âge, ça n’a jamais eu d’importance pour moi, et au fond tu le sais » répondit-il en se rappelant ce qu’il lui avait dit il y a deux jours et qu’elle lui reprochait maintenant. « Et la raison est peut-être évidente pour toi mais seulement pour toi. Tu n’es pas une personne facile à cerner je te signale et je ne vais pas te le reprocher je suis comme toi, je n’aime pas étaler mes sentiments, mais ce n’est pas toujours aisé de deviner ce dont tu as envie et ce que tu penses, alors non, la raison n’est pas évidente » répliqua-t-il en se relevant brusquement de son siège.

    Assis, il avait l’impression d’être en position de faiblesse, et il n’aimait pas ça vu la tournure que prenait la conversation. Il se mit à faire les cents pas, manière comme une autre pour se calmer, et surtout pour se demander si il devait lui dire que sa « petite amie » savait tout. Il n’avait pas vraiment envie d’en parler maintenant, vu que tout s’était passé la veille, mais si jamais elles se croisaient dans Paris, même si la ville était immense et que la probabilité devait atteindre les 1%, il ne voulait pas que la brune sorte les griffes devant Sarah qui ne comprendrait pas pourquoi.


    « De toute façon ce qui s’est passé il y a deux jours ne se reproduire pas » ajouta Nicolas en laissant planer un instant le silence dans la salle. « J’ai tout avouer à Amélia hier, sur nous, si tenter qu’il y est un nous » conclut-il en affrontant ses yeux bleus. Plutôt bleu acier que bleu océan d’ailleurs, subtil changement qui avait son importance pourtant. Bon sang, pourquoi mourait-il d'envie de la prendre dans ses bras quand il était censé être en colère contre elle!


Dernière édition par Nicolas Stevens le Mer 12 Nov - 21:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah De Ravin
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Age : 27
Copyright : Avatar by Dead & Ico Profil By nadya14906 & Vava Sign by Batch Fourty & Liloo_59
Secret ? : J'ai volé un bonbon à la pêche quand j'avais dix ans ^^
Date d'inscription : 26/05/2007

• Moi, Moi et encore Moi •
Humeur:
85/100  (85/100)
Amis / Ennemis:
En ce moment ?: Always Love - Nada Surf

MessageSujet: Re: Un cours dans la joie et la bonne humeur [Nicolas]   Mer 12 Nov - 17:26

    Elle laissa passer sa dernière remarque sans broncher, elle ne pouvait faire autrement que reconnaitre qu'elle avait peut-être légèrement exagéré en disant qu'elle c'était un peu emportée .. Mais l'histoire de c'état aussi compliqué pour lui, elle n'allait pas passer comme une lettre à la poste celle la ! C'est vrai que pour elle ça avait été le paradis ! Elle était un peu de mauvaise foi en pensant cela puisqu'il avait dit "moi aussi" ce qui sous entendait qu'il était conscient que la situation n'avait pas été évidente ni pour lui, ni pour elle, mais honnêtement, là maintenant tout de suite ce n'était pas ce qu'elle retenait, parce que si c'était compliqué pour lui alors qu'est-ce que c'était pour elle, hein ? Ben oui, lui il avait le beau rôle à jouer l'amoureux transi avec sa chérie, alors qu'elle elle avait du les regarder comme ça sans rien dire. Bon ok, elle avait dit quelques mots et n'était pas restée muette mais quand même ! Pourquoi avait-elle besoin d'être toujours en contradiction avec lui ? C'était plus fort qu'elle à chaque fois qu'il ouvrait la bouche, elle trouvait quelque chose à redire à ses paroles, et pourtant, on ne pouvait pas vraiment dire que les propos de Nicolas étaient des plus acerbes, loin de là elle le trouvait d'ailleurs étonnamment gentil comparé à ce qu'elle méritait en réalité, bien sûr ça n'avait rien à voir avec l'attitude qu'il adoptait envers la jeune femme de manière générale, mais tout de même. Plus elle y réfléchissait et plus elle se disait que par peur qu'il ne lui fasse des reproches, elle lui en faisait en tout cas mentalement à lui, mais il fallait qu'elle arrête et qu'elle assume des erreurs, enfin c'était plus facile à dire qu'a faire surtout lorsqu'on était aussi borné que la jeune femme.

    Oh oui ça avait l'air très dur pour toi lorsque tu l'as embrassé sous mes yeux. ironisa-t-elle. De la jalousie ? Apparemment oui ! Si Nicolas avait peur de ce qui adviendrait par la suite au moins il venait d'avoir la preuve qu'elle n'était pas avec lui juste histoire de s'amuser avec. D'ordinaire, elle n'aurait jamais dit une telle phrase, oh non c'était bien trop explicit à ses yeux, et pourtant ce n'était rien de nouveau comparé à ce qu'elle lui avait dit lorsqu'ils c'étaient promenés tous les deux en plein milieu de Paris, mais là elle ne réfléchissait pas vraiment à ce qui sortait de sa bouche.

    Et qu'est-ce que j'étais censé faire d'après toi ? Vous dire "Excusez moi mais je dois y aller la situation devient un peu embarrassante, vous comprenez Amélia étant donné que ma relation avec votre petit ami dépasse un peu le cadre prof-élève je ne voudrais pas gêner tout le monde en restant" lui répondit-elle sur le même ton. C'était décidé la prochaine fois qu'elle viendrait ici elle se mettrait un bout de scotch sur la bouche pour éviter de sortir des conneries pareilles.

    Tu n'y es pas allé de main morte non plus je te rappelle dit-elle un peu plus calmement.

    Elle le regarda et haussa les épaules l'air de dire "T'as peut-être raison" lorsqu'il revint sur ses derniers propos au sujet de l'âge de Sarah. De toute manière, il valait mieux qu'elle ne surenchérisse pas sur se qu'il avait dit ou pas, puisque entre eux deux niveau culot et insolence Sarah remportait le concours haut la main, alors si elle voulait se montrer un peu maline pour une fois il ne lui restait plus qu'une chose à faire : faire profil bas. Oulala, il n'obtiendrait pas ça d'elle, pas maintenant, pas ici et surtout pas tant qu'il serait avec Amélia, si la raison de son comportement ne lui paraissait pas évident à lui pour Sarah c'était clair comme de l'eau de roche mais il était hors de question qu'elle lui avoue ses sentiments tant qu'il serait toujours avec sa copine, parce qu'elle ferait comment après elle ? Elle se connaissait par cœur et lui dire ça maintenant n'était pas une bonne idée, elle savait que si elle le faisait, elle se torturerait l'esprit toute la nuit et toute la journée jusqu'a ce qu'il lui annonce qu'il avait parlé à Amélia et encore même s'il lui en parlait ça ne voulait rie dire. Bon bien sûr, ça montrait que c'était un homme honnête ce qui n'était pas négligeable, et après ? Qu'est-ce qu'elle en aurait à faire de son honnêteté si finalement il décidait de rester avec la brune qui partageait sa vie depuis Dieu seul sait quand ? Après tout, ce n'était pas improbable, si Amélia avait la merveilleuse idée de lui pardonner, combien y avait-il de chance pour qu'il ne reste pas avec elle ? Pourquoi irait-il vers quelque chose d'inconnu sans aucune garantie et qui au contraire pouvait lui apporter plus d'ennui qu'autre chose si il pouvait rester avec sa copine en toute sécurité ?

    Alors tu vas devoir t'armer de patience pour la connaitre parce que je ne suis pas capable de te dire ça maintenant lui répondit-elle simplement. Même si je suis sûre qu'en réfléchissant un peu tu n'auras pas besoin de moi pour savoir de quoi je te parle. ajouta-t-elle en le regardant dans les yeux, puis elle recula d'un pas elle ne devait pas être trop près de lui ou rester trop longtemps plongé dans son regard sinon elle ne répondait plus de rien.

    Sarah allait ouvrir la bouche pour dire quelque chose lorsqu'elle l'entendit lui dire qu'il avait parlé à Amélia, aucun son ne sortit et elle resta un moment interdite, donc il avait finit par lui en parler ... Elle ne savait pas quoi dire, que devait-elle dire ? Dans un teen movie c'était à ce moment là qu'elle était supposée lui sauter dans les bras et lui avouer son amour, non ? Mais bon vu qu'elle e tenait pas vraiment à se prendre la honte de sa vie en se faisant repousser elle ne bougea pas, la seule chose qu'elle pu lui dire fut :

    Il y a un nous dit-elle avant de se risquer à ajouter autre chose. Qui existe en dehors de ces quatre murs j'espère.

_________________

« Qu'expriment donc tes yeux ?
Plus que tous les mots qu j'ai lus dans ma vie, il me semble »
Walt Whitman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-oth.frbb.net/index.htm
Nicolas Stevens
I'll Be Watching You
avatar

Nombre de messages : 112
Age : 30
Photo D\'Identité :
Date d'inscription : 27/08/2008

• Moi, Moi et encore Moi •
Humeur:
0/100  (0/100)
Amis / Ennemis:
En ce moment ?: Alesha Dixon - The Boy Does Nothing

MessageSujet: Re: Un cours dans la joie et la bonne humeur [Nicolas]   Mer 12 Nov - 23:01

    Nicolas détourna à plusieurs reprises son regard de la jeune femme, ayant peur que si il l’affrontait trop, il ne laisse ses sentiments prendre le pas sur son raisonnement, et comme il ne savait pas si se laisser déborder par ses sentiments allait donner une bonne ou une mauvaise chose, autant continuer de fixer le sol ou de s’occuper comme on pouvait, comme terminer de ranger les livres. Malheureusement pour lui il arriva bien vite au dernier et du laisser retomber le carton lourdement à ses pieds, dont le son se répercuta dans un bruit sourd, et il du faire des efforts surhumains pour fixer son regard sur la scène, les sièges, le rideau rouge, tout sauf Sarah, sans pour autant paraître impoli et se faire remarquer, tout cela en écoutant attentivement tout ce qu’elle lui disait. Il commençait à croire que la pièce qu’il chérissait tant et dans laquelle il exerçait son travail allait devenir un enfer vivant. Il y a deux jours il y avait eu cette fameuse scène à trois, dont les conséquences était aujourd’hui une dispute à deux. Enfin disons plutôt un règlement de compte ou une clarification des choses. Peu importe l’appellation, le résultat en restait le même.
    Le professeur avait pleinement conscience que lui aussi avait largement exagéré et qu’en plus de la situation, il n’aurait pas du en rajouter en ayant des gestes tendres envers sa petite amie devant Sarah. Cela avait été immature et surtout très sévère envers la jeune femme. Mais à cet instant, il ne réfléchissait pas vraiment à ce qu’il faisait, trop énervé et sur les nerfs. Il s’était parfaitement rendu compte que ça lui causerait des problèmes par la suite et que cela ferait sortir de ses gonds la sublime blondinette mais il n’avait pas pu s’empêcher de surenchérir à ses phrases piquantes pleines de sous entendus et d’en remettre une couche, pour le lui faire payer en quelque sorte. C’était assez malsain quand on pensait que leur relation n’avait même pas encore commencé mais ça avait plus fort que lui. Il pouvait aussi faire ressurgir à certains moment où la pression était trop forte, ses plus mauvais traits de caractère et comme on avait toujours l’habitude de la voir souriant, gentil et plein de vie, la contraste était tellement saisissant que le résultat en était décuplé.

    Bon ok, la tirade ironique qu’elle lui lança était bien mérité. C’est vrai qu’il n’aurait pas dû l’embrasser, tenter de rester neutre sans paraître distant pour ne pas éveiller les soupçons. Et cela aurait été plus facile si il avait eu seulement à gérer ça. Mais en plus il s’était senti sur la corde à chaque fois que Sarah ouvrait la bouche, de peur qu’elle fasse une bourde ou perde de sa subtilité et que la vérité éclate sous ses yeux. Alors oui, il n’avait peut-être pas d’excuse pour ça, mais les torts étaient partagés. Ils s’étaient comportés tous les deux comme des gamins capricieux ou simplement des amants jaloux et sous pression.


    « Je sais que je n’aurais pas du faire ça, mais je n’étais pas dans mon état normal, j’étais énervé, sous pression, et oui je l’avoue, je voulais te faire mal à ce moment là, j’ai été con » répliqua ce dernier sur un ton un peu brut mais qui n’était pas agressif pour autant. C’était plutôt à lui qu’il en voulait sur ce coup et pas à elle.

    « Un simple ‘excusez moi je vais vous laisser aurait suffit ‘ affirma Nicolas comme si cela avait été une évidence. « Cela aurait peut-être été vexant, embarrassant, et tout ce que tu veux, mais moins que ce qui s’est passé » fit-il remarquer.

    Encore une fois, c’était vrai, il n’y était pas allé de main morte, mais il n’avait pas été le seul, et à ce stade, il n’avait pas envie de monter sur ses grands chevaux pour faire éclater la discussion et provoquer une autre dispute entre eux. La dernière lui avait suffit et les deux fois, le centre du problème avait été la même personne, la première pour lui dire qu’il n’était pas seul dans la vie, et maintenant, pour lui annoncer finalement qu’il était seul, enfin cela dépendait d’elle dans un sens. La boucle était bouclée, oui, et après? Il ne savait pas si il avait besoin de recul et que les choses aillent doucement ou si au contraire il voulait profiter pleinement de Sarah. Et surtout, le jeune homme ne connaissait pas les envies de le jolie blonde. Peut-être qu’après vu ce qu’avait donné le plus important des obstacles entre eux, elle ne souhaitait pas continuer sur cette voie…
    Il voulut alors temporiser les choses, pour ne pas envenimer la situation et entendre des cris.


    « Et si on s’avouait qu’on a été tous les deux débiles et qu’on s’est conduit comme de parfaits crétins, balle au centre et cinquante-cinquante? » proposa-t-il comme une tentative d’armistice. Il ne disait pas que ça réglait les choses, mais il pensait qu’ils avaient tous les deux conscience de ce qui avait dérapé et pourquoi. A savoir si son opinion était partagé.

    La fameuse raison pour laquelle elle avait entre guillemets péter les plombs? Bien sûr qu’il en avait une vague idée, vague idée plutôt précise d’ailleurs, mais il y a deux jours, il n’y pensait pas vraiment, trop occupé à gérer l’instant présent, et il avait eu peu de temps pour y réfléchir par la suite puisque la veille, il avait eu cette conversation avec Amélia.


    « Tu m’énerves » lança-t-il simplement sur un ton neutre, mais ce fut un sourire qui étira ses lèvres qui prouva qu’il disait plutôt ça d’un ton affectueux malgré tout ce qu’ils venaient de se dire. Elle avait décidément toujours réponses à tout.

    Au moins maintenant qu’il lui avait dit, elle savait à quoi s’en tenir et il lui prouvait qu’il avait été prêt à remettre en questions un an et demi d’une histoire sérieuse pour elle, sans savoir ce qui allait exactement se passer entre eux. Il revînt vers la scène, s’adossant à celle-ci, n’étant plus qu’à quelques mètres de la jeune femme.


    « J’espère bien qu’il y a un nous en dehors d’ici, parce que je vais sans doute vivre dans une chambre d’hôtel spartiate pendant un certain temps, mes amis vont m’en vouloir à mort et me reprocher pendant une éternité ce que je viens de faire, alors j’ai vraiment besoin d’une personne sur qui compter, j’ai….vraiment besoin de toi » conclut le jeune homme en la fixant, tendant une main dans sa direction.

    La jeune femme pouvait l’accepter et prendre tous les risques dont-ils avaient déjà parlé, ou la refuser et reprendre une vie normale. Bien qu’il espérait sincèrement qu’elle choisirait de rester à ses côtés.


Dernière édition par Nicolas Stevens le Ven 14 Nov - 16:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah De Ravin
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Age : 27
Copyright : Avatar by Dead & Ico Profil By nadya14906 & Vava Sign by Batch Fourty & Liloo_59
Secret ? : J'ai volé un bonbon à la pêche quand j'avais dix ans ^^
Date d'inscription : 26/05/2007

• Moi, Moi et encore Moi •
Humeur:
85/100  (85/100)
Amis / Ennemis:
En ce moment ?: Always Love - Nada Surf

MessageSujet: Re: Un cours dans la joie et la bonne humeur [Nicolas]   Ven 14 Nov - 0:58

    Je l'ais bien cherché ... répondit-elle simplement

    Elle Sarah De Ravin dire uniquement "excusez moi je vais vous laisser " ? Ce qu'il était comique ! Bien sûr, c'était un cas de figure qui aurait été réalisable si Nicolas n'était pas arrivé mais il était là et ce petit détail faisait toutes la différence. De toute manière, si elle n'était pas resté elle aurait passé le reste de la journée à se demander ce qui c'était passé après qu'elle soit partie et pourtant c'était bête, non ? Elle savait parfaitement que ces deux là se voyaient chaque matin et chaque soir alors pourquoi réagir aussi inutilement ? C'était juste qu'elle savait qu'ils se voyaient mais elle ne savait pas quand alors que là la scène lui avait été apporté sur un plateau d'argent, bien sûr il lui arrivait souvent même très souvent de penser à Nicolas et de se demander ce qu'il pouvait bien faire à tel ou tel moment, mais lorsqu'elle pensait à lui, elle pensait à lui seul et non pas à lui avec sa copine sauf lorsqu'elle se disait qu'elle devait vraiment être une mauvaise personne pour fréquenter un homme qui était déjà pris. Bref, il avait sûrement raison lorsqu'il disait que s'excuser poliment aurait été moins embarrassant que ce qui c'était passé, en même temps qu'est-ce qui aurait pu être plus embarrassant que ce qui c'était passé ? Elle ne voyait vraiment pas, sauf si sa mère c'était pointé avec son album de photo remplis de plein de photo de la blondinette lorsqu'elle était bébé en vantant à quel point sa petite fille était chipie plus jeune et encore elle n'était même pas sûre que ce soit suffisant pour dépasser ce qui c'était passé, c'était pour dire !

    Dis, juste par simple curiosité, à ma place tu te serais contenté d'un "excusez moi je vais vous laisser " ? Parce que je t'assure que sur le moment ça ne m'a pas traversé l'esprit, enfin plus à partir du moment où tu es entré dans la pièce. répondit-elle sans l'agresser ou adopter un autre ton qui aurait pu lui déplaire. Et puis, tu es certainement le mieux placé pour savoir que la simplicité et la facilité ça ne m'intéresse pas. dit-elle cette fois avec le plus grand des sérieux. Il était vrai que cette dernière phrase n'avait pas grand rapport avec la manière don elle avait agis car honnêtement, elle doutait vraiment qu'il pense qu'elle s'était comportée de la sorte juste pour être originale, mais bon comme ça elle lui faisait un joli clin d'œil en parlant à la fois de leur relation et de ce qui c'était passé. Décidemment, elle était la reine des phrases à double sens.

    Sarah ne pu s'empêcher de sourire timidement à la proposition de Nicolas ? Cinquante-cinquante, balle au centre ? Ça lui allait tant qu'elle n'avait pas à admettre seule qu'elle avait fait des erreurs ... Si tout continuait à se passer de la sorte entre eux deux, ça promettait d'être assez mouvementé ... Des fois il lui arrivait de se demander que se passerait-il si jamais en admettant que l'histoire entre Amélia et Nicolas se finisse même si au vu des propos de Nicolas c'était bien partit pour ils se mettaient vraiment ensemble en réussissant à se cacher pour ne pas que Nicolas ou bien qu'elle-même se fasse virer ? Eprouverait-elle toujours ce besoin de passer autant de temps avec lui ? Ou bien après l'attrait de la nouveauté cesserait-elle de s'intéresser à Nicolas ? D'un côté, elle se disait qu'au vu de la force des sentiments qu'elle éprouvait pour lui il n'y avait pas de danger, mais d'un autre elle se disait qu'au fond elle ne le connaissait pas si bien que ça ... D'ailleurs ils l'avaient tous les deux reconnus, mais elle ne voulait pas lui faire courir des risques aussi importants pour rien, Sarah posa son regard sur Nicolas comme si elle pouvait trouver la réponse à ses questions dans le yeux de Nicolas, il ne lui fallut pas plus de deux secondes pour se dire que des fois elle pouvait vraiment être débile, sérieusement comment pouvait-elle vraiment envisager de ne plus rien éprouver pour Nicolas ? Voyons les choses en face : c'était impossible !

    J'aime ton idée, et j'aime encore plus le crétin que tu es dit-elle en plaisantant. Ben quoi, ne venait-il pas à l'instant de se traiter tout seul de crétin ? Elle ne faisait que répéter ce qu'il venait de dire ... Les profs n'avaient-ils pas toujours raison ? A sa connaissance oui ! Mais attention ne vous emballez pas, lorsqu'elle disait "J'aime encore plus le crétin que tu es" ce n'était pas une déclaration d'amour hein, non simplement une petite remarque qui se voulait à la fois tendre et taquine de toute manière, elle avait dit "j'aime encore plus" et non pas "j’aime" tout seul, alors ça ne comptait pas, pas vrai ?

    Ça, ça doit sûrement vouloir dire que tu n'as rien compris à ce que je viens de te raconter dit-elle en répondant à son sourire même si elle n'était pas trop à l'aise sur le sujet, mais elle n'avait pas pu résister lorsqu'elle l'avait vu lui sourire.

    Sarah regarda la main que Nicolas lui tendait, elle aurait bien fait durer le suspense un peu plus longtemps mais elle était bien trop heureuse de ce qui était en train de se passer pour penser ne serait-ce qu'un instant à plaisanter. Elle s'approcha un peu plus de lui, pris sa main et ne mis pas plus de une demi secondes avant de se blottir dans les bras de Nicolas et de se serrer contre lui, elle resta dans cette position un petit moment avant de lever sa tête vers lui sans pour autant se desserrer du beau brun, maintenant qu'elle l'avait elle n'avait pas l'intention de le lâcher.

    Ne t'inquiètes pas, je n'ai pas l'intention de m'éloigner de toi ... dit-elle avant de caresser la joue de Nicolas d'un geste tendre Tu m'a manqué ces deux derniers jours. ajouta-t-elle d'une voix prise par l'émotion.

    La jeune femme fronça doucement les sourcils, lorsqu'elle l'entendit lui dire qu'il n'avait plus de chez lui, tout du moins pas pour le moment, ce n'est qu'après coup qu'elle réalisa la portée de ses parole

    Je suis désolé de t'imposer tout ça dit-elle avec un regard coupable. Elle s'en voulait de tous les changements qu'il avait à subir par sa faute. Tu dors où ce soir ?

_________________

« Qu'expriment donc tes yeux ?
Plus que tous les mots qu j'ai lus dans ma vie, il me semble »
Walt Whitman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-oth.frbb.net/index.htm
Nicolas Stevens
I'll Be Watching You
avatar

Nombre de messages : 112
Age : 30
Photo D\'Identité :
Date d'inscription : 27/08/2008

• Moi, Moi et encore Moi •
Humeur:
0/100  (0/100)
Amis / Ennemis:
En ce moment ?: Alesha Dixon - The Boy Does Nothing

MessageSujet: Re: Un cours dans la joie et la bonne humeur [Nicolas]   Ven 14 Nov - 21:05

    Le jeune homme ne répondit pas quand Sarah lui dit qu’elle l’avait bien cherché. Il ne voulait pas surenchérir comme il l’avait fait il y a deux jours et puis même si c’était un peu vrai, son comportement n’avait pas été meilleur. De toute façon ce qui était fait ne pouvait être changé et c’était peut-être un mal pour un bien. Enfin maintenant, parce que deux jours auparavant, Nicolas pensait réellement que c’était le pire chose qui pouvait leur tomber dessus, et que ça engendrerait quelque chose de…comment dire…catastrophique. Cela avait été le cas dans un sens puisque les révélations qu’il avait faîtes à Amélia pouvait être considérées comme telles, mais au moins, maintenant, la situation était limpide. Ou disons au moins plus claire qu’avant. C’est vrai, finalement, le jeune homme n’avait pas encore réglé les problèmes avec la brunette et il savait pas comment ça se passerait quand ils se reverraient. Car il faudrait bien qu’il retourne à l’appartement un moment ou à un autre, mais il préférait retarder ce moment le plus possible. Une tempête à gérer à la fois, où il finirait sûrement avec un infarctus à l’hôpital avec tous ces problèmes. De toute manière, même si cette dernière lui pardonnait, ce dont il doutait sincèrement, reprendre une relation quand l’un des deux personnes a trahi l’autre n’était jamais simple. Il y avait toujours des doutes qui persistaient, des questions incessantes sur les endroits où la personne qui avait été infidèle était, avec qui surtout, ce qu’elle faisait, bref, un quotidien qui devenait vite un enfer. Et même si ils se remettaient ensemble, Nicolas ne pourrait pas s’empêcher de voir Sarah à ses cours, de la croiser et ça aurait été insupportable, parce que même si il choisissait la voie de la raison, il ne pourrait en aucun cas effacer tout ce qu’il ressentait pour elle.
    Et en révélant tout la vérité à Amélia quarante-huit heures plus tôt, il avait inconsciemment pris une décision. Si il avait souhaité resté en couple, il ne lui aurait rien dit et aurait prolongé son mensonge indéfiniment, jouant la carte de la non assurance et de l’incertitude. Maintenant il avait fait son choix.


    « Sans rire » répondit-il dans une pointe d’ironie quand la jeune femme lui dit que les choses simples n’étaient pas sa tasse de thé.

    En sortant avec lui et en prenant tous ces risques, il s’en était évidemment rapidement aperçu, mais c’était finalement ce qu’il aimait aussi chez elle. Ce petit goût du risque.
    La question qu’elle lui posa le fit tout de même réfléchir, car il est vrai qu’en inversant les rôles, il ne serait sans doute pas rester stoïque à regarder Sarah avec un autre homme à jouer le petit couple parfait. Il en était même sûr, et même si, en quelque sorte, il avait compris le comportement de la jeune femme l’autre jour, il ne s’était pas réellement mis à sa place. Il ne pouvait pas savoir ce qu’elle vivait, puisqu’il l’avait toujours connu célibataire, en tout cas quand ils avaient commencé à sérieusement à se séduire mutuellement. Et à moins qu’il ne découvre un garçon caché dans l’un de ses placards, il ne pourrait jamais comprendre totalement.


    « Je me serais éclipsé vite fait pour ne pas avoir à supporter le spectacle » répondit-il sans se démonter, montrant ainsi sa grande maturité. « Ou alors je me serais jeté sur le type pour lui refaire le portrait, prétextant ensuite un déséquilibre mental, ce qui n’aurait pas été complètement faux » ajouta ce dernier, faisant retomber la dite grande maturité.

    Dans un détour plus ou moins sinueux, mais puisque les lignes droites n’étaient pas à l’ordre du jour, il venait tout de même de lui avouer qu’il comprenait maintenant pourquoi elle avait réagi comme ça, et aussi qu’il était un temps soit peu jaloux si il commençait à l’imaginer dans les bras d’un autre.
    Au moins elle venait d’accepter son compromis du partage des tords. Waow, un peu plus et on se serait cru dans un constat après un accident de voiture!


    « Merci, enfin, pas sûr » répondit-il en faisant semblant d’être vexé par le mot « crétin ».

    Enfin il n’allait pas prendre la mouche pour si peu, surtout que ce mot, sur le ton de la plaisanterie et dans la bouche d’une aussi jolie femme, sonnait merveilleusement bien. Il se voyait mal se mettre en colère et repartir dans un débat houleux, ça aurait été aussi comique que ridicule, et il ne put s’empêcher de sourire, pour lui-même, aussi discrètement que possible pour ne pas qu’elle lui demande d’explications. De toute façon, ils avaient en quelque sorte enterré la hache de guerre, jusqu’à la prochaine fois, car c’était déjà la seconde fois qu’il l’enterrait, et comme on disait, jamais deux sans trois. Sans compter que si leur histoire continuait, un doute persistant dans son esprit, il savait que ça promettait d’être passionné, et qui dit passion dit disputes houleuses, suivies généralement du meilleur, les réconciliations.


    « Oh si j’ai compris, puisque je suis pareil que toi sur ce type de sujet, mais tu as toujours réponse à tout, et ça m’énerve » ajouta le jeune homme dans un léger grognement.

    Ce qu’il avait redouté le plus était qu’elle refuse sa main et qu’elle lui dise que malgré tout, elle préférait en rester là. Restons amis et on se fait une toile? Sans rire, le jeune homme aurait eu du mal à le supporter, pas le fait de se retrouver seul en soit ou d’avoir le sentiment d’avoir tout perdu dans les deux cas, ça encore, il l’aurait mérité, mais l’idée de la perdre elle, la pilule aurait été difficile à avaler.
    Alors quand Sarah s’approcha de lui et prit sa main pour se blottir dans ses bras, il ne put retenir un sourire et un soupir de soulagement en refermant ses bras autour de la jeune femme, posant sa tête sur la sienne comme pour l’empêcher de partir. Et quand elle redressa la tête vers lui sans se détacher, il garda les bras autour de sa taille, se fichant à cet instant qu’une personne ne les surprenne, bien trop heureux d’entendre la phrase de la jeune femme.


    « C’est tout ce que j’avais besoin d’entendre » répondit-il soulagé en remettant une mèche de cheveux de la sublime blondinette à sa place. Il ne savait pas pourquoi, mais c’était un geste qu’il répétait assez souvent, avant de lui caresser tendrement la joue. « Parce que maintenant c’est toi et moi et je me moque du reste » ajouta ce dernier, même si ils devraient toujours faire attention. «Et je suis content d’apprendre que je te manque même après une dispute » souffla-t-il en posant son front contre le sien, avant de se reculer à la phrase qui suivit.

    Nicolas prit alors le menton de la jeune femme entre ses doigts pour qu’elle garde son regard fixé sur lui.


    « Ne t’inquiètes pas pour ça princesse. J’ai fait un choix et je l’assume et si je devais le refaire, je le referais mille fois ok? Tu ne m’imposes rien, ce n’est pas ta faute » la rassura-t-il sincèrement. « J’ai pris une chambre d’hôtel dans la précipitation du moment, et peut-être que j’irais chez mon ou ma meilleure amie si ils veulent de moi, le temps de me retourner, mais je n’y ai pas encore pensé, les choses sont encore floues » expliqua le jeune homme. « Et puis une chambre d’hôtel ce n’est pas si mal, tu pourras venir me rendre des petites visites surprises » conclut-il pour retrouver une atmosphère plus positive et détendue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah De Ravin
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Age : 27
Copyright : Avatar by Dead & Ico Profil By nadya14906 & Vava Sign by Batch Fourty & Liloo_59
Secret ? : J'ai volé un bonbon à la pêche quand j'avais dix ans ^^
Date d'inscription : 26/05/2007

• Moi, Moi et encore Moi •
Humeur:
85/100  (85/100)
Amis / Ennemis:
En ce moment ?: Always Love - Nada Surf

MessageSujet: Re: Un cours dans la joie et la bonne humeur [Nicolas]   Sam 15 Nov - 0:10

    Sarah fronça légèrement les sourcils l'air de dire "On y croit tous" lorsqu'elle l'entendit dire qu'il se serait éclipsé si la situation inverse c'était produite, puis elle afficha un sourire satisfait lorsqu'elle entendit la suite. Sérieusement, quel être humain était capable de s'en aller sans se poser de questions dans une telle situation ? Elle avait la réponse : personne ! Tout du moins personne de normalement constituée qui se souciait un tant soit peu de son avenir avec la personne qu'elle aime. Bon ok, partir aurait pu être un bon moyen de ne pas mettre la pagaille et de montrer à Nicolas qu'elle était une personne mature qu'elle lui faisait confiance et patati et patata mais le hic dans tout ça c'est que ça n'était que de la théorie car dans la pratique lorsque vous avez sous vos yeux l'image de l'homme que vous aimez avec sa copine, je peux vous assurer que toute cette théorie elle est vite oubliée ! Alors comme ça il se serait jeté sur le type en question ? C'était pas une idée déplaisante ça ... Parce que dans l'histoire jusqu'a présent, d'eux deux il n'y avait qu'elle qui avait mis sa jalousie à rude épreuve alors que lui pas trop enfin jusqu'a maintenant ... Sarah n'avait jamais pensé à l'idée de demander à un de ses copains de venir la chercher à la fin d'un cours à l'époque où la situation entre ces deux la n'était pas encore clair, ça aurait été un bon moyen de savoir si Nicolas avait un penchant pour elle ... Mais bon maintenant la question ne se posait plus ! Sauf si elle voulait délibérément le pousser à être jaloux, mais bon lui faire croire une telle chose même si ça pouvait être amusant durant quelques instants juste le temps de voir la réaction de Nicolas pouvait s'avérer être un jeu dangereux, elle lui avait tellement pris la tête lorsqu'elle avait appris l'existence d'Amélia qu'elle n'osait même pas imaginer le speech de Nicolas si jamais ça arrivait et surtout elle ne voulait pas lire le désappointement dans les yeux de son beau prof.

    Tu te serais battu pour moi ? dit-elle avec intérêt. J'aime cette idée ...

    Sarah le regarda faisant mine d'être peiné lorsqu'il lui répondit à moitié convaincu, décidement ils ne restaient pas fâchés longtemps ces deux la, et c'était tant mieux !

    J'aime bien l'excellent prof que tu es ... dit-elle en prenant soin d'ajouter le mot "bien" cette fois. Ton ego va mieux ? dit-elle sans un petit ton moqueur.

    Oh il avait compris ? Nickel ! Comme ça elle n'avait pas à parler de ses sentiments, décidemment, à chaque instant passé avec lui elle trouvait une nouvelle raison de l'aimer, bon la dernière fois qu'ils c'étaient vus elle avait trouvé un millier de raison de le haïr mais là il venait de se rattraper en un claquement de doigts, en même temps pouvait-elle vraiment le détester ? Je crois pas non ... Et pourtant, quel dommage ... Maintenant qu'il venait de lui dire qu'il avait avoué à Amélia ce qui se passait entre eux elle lui aurait bien dit se sentiments .. Oh la menteuse ! Comment pouvait-elle se mentir à elle-même ? C'était pas très sérieux tout ça ... Surtout que quelques minutes auparavant, elle c'était dit qu'elle ne le ferait pas tant qu'il ne quitterait pas Amélia, bon ok il ne vivait plus avec elle, c'était un événement qu'on ne pouvait pas prendre de trente six manières mais on ne savait jamais ... Pourquoi cherchait-elle toujours à tout compliquer ? Que voulait-elle de plus ? Il venait tout de même de lâcher sa copine pour elle, ce n'était pas rien ! Alors pourquoi agissait-elle comme ça ? De quoi avait-elle peur ? Elle était sûre de l'aimer et elle était sûre qu'il ne se moquait pas d'elle alors pourquoi avait-elle tant de mal à le dire ? Pourtant elle n'arrêtait pas de se le répéter "Je l'aime, je l'aime, je l'aime" alors pourquoi ces simples mots avaient-t-ils tant de mal à passer la frontière de ses lèvres ? Petite pense bête pour elle : s'entraîner à dire je t'aime devant un miroir en prenant soin de vérifier qu'il n'y aurait personne chez elle à ce moment là. Et si elle l'appelait pour lui dire en regardant une photo de lui ? Est-ce que ça compterait ? Allez, il fallait qu'elle arrête de dérailler, ce genre de choses ça ne se disait par téléphone et photo en main et puis elle n'avait aucune photo de lui !

    Je peux te le répéter autant de fois que tu veux à condition que tu ne détaches pas tes bras de ma taille dit-elle sur un ton faussement menaçant, puis elle approcha ses lèvres de celles de Nicolas pour l'embrasser amoureusement, au moins ce n'était pas faute de lui montrer son amour par l'intensité de ses baisers. Toi et moi répéta-t-elle dans un murmure sans détacher ses lèvres de Nicolas.

    Disons que tu m'as manqué un tout petit peu ... dit-elle pour le taquiner, on ne savait jamais s'ils se disputaient une nouvelle fois, il ne fallait pas qu'il pense que la jeune femme n'en avait pas après lui et pense que son pardon était acquis.

    Sarah regarda Nicolas lorsqu'il lui soutint le menton pour ne pas qu'elle évite ses yeux, la jeune femme aquisça en silence lorsqu'il lui dit que ce n'était pas de sa faute.

    Pourtant je ne suis pas sûre qu'il y aurait eu tous ces changements dans ta vie si je n'étais pas venu tout bouleverser. dit-elle dans un petit rire nerveux.

    Oh, tu sais que je pourrais prendre cette proposition au sérieux ? Fais attention à toi car il se pourrait bien que je vienne te rendre des petites visites dès que j'en ais l'occasion.

    Et elle qui perdait son temps à flâner dans les rues de la capitale le midi alors qu'elle pourrait faire des choses bien plus intéressantes.

    D'ailleurs, donnes moi l'adresse avant que tu te défiles dit-elle en faisant mine de douter des paroles du jeune homme.

_________________

« Qu'expriment donc tes yeux ?
Plus que tous les mots qu j'ai lus dans ma vie, il me semble »
Walt Whitman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-oth.frbb.net/index.htm
Nicolas Stevens
I'll Be Watching You
avatar

Nombre de messages : 112
Age : 30
Photo D\'Identité :
Date d'inscription : 27/08/2008

• Moi, Moi et encore Moi •
Humeur:
0/100  (0/100)
Amis / Ennemis:
En ce moment ?: Alesha Dixon - The Boy Does Nothing

MessageSujet: Re: Un cours dans la joie et la bonne humeur [Nicolas]   Dim 16 Nov - 0:30

    Se battre pour elle? Le jeune homme faillit éclater de rire mais se retînt heureusement et se contenta de sourire. Non pas parce qu’il trouvait cette possibilité ridicule non, mais parce que cela semblait aux antipodes de son caractère et de ses habitudes. Pour les personnes qui côtoyaient Nicolas, le jeune homme apparaissait comme la force tranquille, celui qui préférait gérer et régler les conflits en parlant plutôt qu’en tapant du poing. Et dans la mesure du possible, il tentait de ressembler à cette image qu’avait les gens de lui en mettant en action ces belles paroles. Dans la mesure du possible…car en tant que simple mortel, il était plus facile de donner des consignes et proclamer de belles paroles que de les mettre en actions. Et il arrivait encore à Nicolas de retrouver ses vieilles habitudes de pseudo rebelle et de se laisser aller à quelques coups, même si il n’était pas très fort dans ce genre de guet-apens et qu’il ressortait souvent avec le visage couvert de bleus.
    La seconde raison pour laquelle la phrase de Sarah avait fait sourire le jeune homme est qu’il se faisait passer pour un non jaloux, le genre de personne ouverte d’esprit qui ne posait pas de questions et qui laissait volontiers sortir sa petite amie du moment avec ses amies filles sans se faire du soucis. La réalité était toute autre, car quand sa petite amie en question sortait avec ses amies, le jeune homme, lui, passait la soirée sur le canapé du salon à regarder la télévision sans suivre le moindre programme et en regardant s’égrener les heures dans une lenteur affolante. Puis il allait se coucher et ne s’endormait que lorsqu’il entendait la porte d’entrée s’ouvrir doucement pour ne pas le réveiller, alors que ce dernier faisait semblant de dormir. Alors imaginer ce qui pouvait lui traverser l’esprit quand il imaginait la femme qu’il aimait avec un autre homme ou quand il voyait un imbécile lui faire du charme. Même si il tentait de ne rien montrer, Nicolas voyait rouge et devait se contrôler pour ne pas péter les plombs. Alors à savoir si il était prêt à se battre pour elle? Sans aucune doute possible et plutôt deux fois qu’une.


    « Qu’est-ce que tu crois, le premier homme séduisant qui s’approche trop près de toi et je le démolie » répondit-il sur le ton de l’évidence en gonflant les biceps. « Quand même, vous les femmes, vous prétendez que vous trouvez ce genre d’attitude puérile et sans intérêt, mais vous ne pouvez pas vous empêcher de trouver cela flatteur à la fois » dit-il pensif en faisant une généralité qui s’avérait souvent véridique. « Cela dit, si tu aimes l’idée que je me batte pour toi, il faudra aussi t’habituer au fait que je ressemblerais souvent à un schtroumph » ajouta-t-il en s’imaginant déjà le visage bleui, repliant son avant bras pour gonfler ses biceps.

    « J’espère bien que tu m’aimes en tant que prof, je suis le meilleur » dit-il dans une fausse modestie. « Et oui, merci, mon ego surdimensionné se regonfle peu à peu » ajouta le jeune homme en relevant bien haut la tête.

    Retirer ses bras de sa taille? Si il le pouvait, Nicolas resterait dans cette position des heures entières, et dans les prochains jours, comme il s’attendait déjà et s’était préparé psychologiquement à ce que tous les amis qu’il avait en commun avec Amélia l’appelle pour le nommer de tous les noms d’oiseaux de la terre, la jeune femme devait s’attendre à ce qu’il le prenne très souvent dans ses bras, dans un geste de réconfort et pour sentir qu’il pouvait au moins compter sur une personne. Mais apparemment, Sarah ne serait pas contre, pas après tout ce qu’ils venaient de surmonter et tout ce qu’ils leur restaient à surmonter, enfin il le supposait.
    Leur relation n’était décidément pas banale et il avait la nette impression que ça n’allait pas changer de si tôt, d’une part avec tous les obstacles qu’ils avaient à affronter mais aussi parce qu’ils n’étaient tous les deux pas très démonstratifs en paroles de leurs sentiments. Il n’en connaissait pas les raisons pour son élève mais de son plus lointain souvenir, lui avait toujours été ainsi. Soit disant un complexe de sentiment d’abandon qu’éprouve beaucoup d’enfants adoptés et la peur de s’engager dans des relations à long terme. Avec Amélia, il avait rapidement oublié toutes ces conneries de psychologie de bas étage mais quand on voyait le résultat, il commençait à se poser des questions. D’un autre côté, Nicolas savait que ce qui se passait avec la jolie blonde n’était pas qu’une aventure sans lendemain et que malgré tout ce qu’ils allaient affronter, leur histoire était faite pour durer.


    « Je suis à tes ordres » répondit-il en resserrant son étreinte comme pour prouver ses dires. Si toutes ses menaces ressemblaient à celle-ci il n’aurait aucun regret à être soumis. Nicolas fut d’autant plus heureux quand il sentit les lèvres de Sarah rencontrer les siennes dans un baiser langoureux. Depuis que leur relation avait avancé, ça avait été toujours lui qui avait fait le premier pas pour les baisers ou ce genre de choses, alors qu’elle en prenne l’initiative le rassura autant qu’elle le combla. « C’est la première que tu m’embrasses » fit-il remarquer dans un large sourire, reprenant ses lèvres doucement.

    « Menteuse » lâcha-t-il à la phrase de Sarah quand au fait qu’il lui avait manqué. « Mais avec ces deux journées de dingue, j’aurais grandement eu besoin de toi, alors le manque a été plus que réciproque » murmura ce dernier en posant un baiser sur son front.

    C’est vrai qu’il n’y aurait pas eu tous ces changements si Sarah n’avait pas été là, mais il savait que sa présence avait été la chose la plus géniale qui lui était arrivée depuis longtemps, même si il y avait eu quelques casses.


    « Et je ne serais pas là, avec toi, en ce moment, alors même si j’ai fait souffrir une personne à qui je tiens énormément, tu as bouleversé ma vie de façon plus que positive, arrêtes de te faire porter le chapeau, comme je l’ai dit, c’est mon choix et je l’assume » la rassura-t-il de nouveau.

    « Mais cette proposition était tout ce qu’il y a de plus sérieux » lança-t-il dans un haussement de sourcils. « Je te préviens que ce n’est pas du cinq étoiles mais du petit standing » précisa-t-il pour la forme.

    A la demande de la jeune femme, Nicolas se détacha d’elle à regrets pour aller chercher un morceau de papier dans son sac et un stylo, avant de revenir vers elle et de le lui tendre, la reprenant dans ses bras.


    « C’est pas très loin du Sacré Cœur, tu trouveras facilement je pense, alors c’est quand tu veux princesse » affirma ce dernier, sans se démonter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah De Ravin
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Age : 27
Copyright : Avatar by Dead & Ico Profil By nadya14906 & Vava Sign by Batch Fourty & Liloo_59
Secret ? : J'ai volé un bonbon à la pêche quand j'avais dix ans ^^
Date d'inscription : 26/05/2007

• Moi, Moi et encore Moi •
Humeur:
85/100  (85/100)
Amis / Ennemis:
En ce moment ?: Always Love - Nada Surf

MessageSujet: Re: Un cours dans la joie et la bonne humeur [Nicolas]   Dim 16 Nov - 1:57

    La jeune femme ne put s'empêcher d'éclater de rire à la réponse de Nicolas, ce n'était pas tant ce qu'il dit qui la fit sourire mais plutôt le ton qu'il adopta pour lui répondre. Néanmoins, il n'avait pas tord sur un point que l'on se batte pour elle était assez flatteur, mais allait-elle le reconnaitre devant lui ? Vous pouviez toujours courir ! Elle adorait ces petits moments, leurs plaisanteries et tout ce qu'ils pouvaient partager ensemble, ça faisait tellement longtemps qu'elle ne c'était pas sentit aussi bien avec une personne, bien sûr elle avait ses amis mais ce n'était pas pareil, surtout qu'elle ne pouvait voir ces derniers que très peu de fois dans la semaine, c'était surtout le weekend end qu'elle pouvait sortir pour passer un peu de temps avec eux, alors que Nicolas vu le rythme des cours de théâtre qu'elle prenait dans la semaine, elle le voyait assez souvent, il était le rayon de soleil qui illuminait sa journée, ou encore une bouffée d'oxygène, des exemples pour illustrer ce qu'il représentait pour elle, elle en avait des tonnes, c'était des phrases un peu bateau mais ça représentait tellement bien ce qu'elle représentait lorsqu'elle était en sa compagnie ... Sarah le regarda, l'imaginant une seconde en schtroumpf, elle ne doutait pas qu'il puisse être très craquant en bleu mais elle le préférait comme il était maintenant son Nicolas. Son Nicolas ? Ouais parfaitement ! C'était Son Nicolas et celui de personne d'autre, niveau gaminerie elle allait un peu loin là, non ? Mais bon si on ne voulait pas être idiot, il fallait éviter de tomber amoureux et vu qu'elle n'avait pas l'intention d'arrêter d'aimer Nicolas avant très longtemps, il allait falloir s'habituer à ce genre de bêtises de la part de Sarah. Et puis était-ce si idiot que ça ? Sarah était tellement heureuse à cet instant précis qu'elle aurait été capable de porter un tee shirt "Propriété de Nicolas Stevens" et de ne pas l'enlever de la journée, tout en prenant soin de ne pas le mettre pour ses cours, ben oui parce que se faire virer n'était pas vraiment son but et puis Nicolas avait beau dire que maintenant ce n'était qu'elle et lui, il serait peut-être un peu moins enthousiaste s'ils se faisaient tous les deux virés à cause des gamineries de la jeune femme, et puis de toute manière si jamais à un moment elle se faisait draguer en sortant en boite de nuit comme elle aimait si bien le faire, elle répondrait au jeune homme au question "Désolé mon coco mais je suis la propriété d Nicolas Stevens".

    Rien que ça ? Et ben dis donc j'aimerais pas être à sa place le pauvre ... répondit-elle en souriant. T'es trop mignon dit-elle avant de l'embrasser sur le bout du nez et de passer ses bras autour de son cou. Je suis tout à fait d'accord avec ce que tu viens de dire : c'est une attitude puérile, mais bon si tu veux te battre pour moi je vais pas t'en empêcher quand même ... Après tout tu es assez grand pour prendre tes décisions tout seul, tu as ... Sarah laissa sa phrase en suspens, elle venait de se rendre compte qu'elle ne connaissait pas l'âge de Nicolas, il ne fallait pas être né de la dernière pluie pour se rendre compte qu'il devait être un peu plus âgé que lui, mais de là à dire son âge exact.

    Tu ne ressembleras pas très longtemps à un schtroumpf, je vais prendre soin de toi et fais moi confiance je peux être très gentille et attentionné quand j'en ais envie. dit-elle en lui faisant un clin d'œil.

    Je t'aurais bien contredis mais sur ce point là je ne peux que m'incliner : tu es le meilleur. dit-elle sans pouvoir s'empêcher d'ajouter quelque chose d'autre. Enfin disons que tu te défends bien Et oui, la blondinette ne pouvait s'empêcher de le taquiner !

    Il était à ses ordres ? Mouais ... La dernière fois il était soit disant à ses ordres mais il ne l'avait pas été plus de deux minutes, Monsieur avait un rendez-vous ... Mais maintenant elle avait bien l'intention de s'amuser un peu ... Non, non elle n'était pas opportuniste, elle appliquait juste à la lettre ce que Nicolas disait, elle était en somme l'élève parfaite ! Elle le regarda un peu plus intensément lorsqu'il lui dit que c'était la première fois qu'elle l'embrassait, elle n'avait jamais réfléchit à la question mais il n'était pas impossible que Nicolas ait raison. La jeune femme était démonstrative que lorsqu'elle se sentait en confiance lorsque ce n'était pas le cas elle laissait un peu les choses se faire, mais vu ce que Nicolas venait de lui avouer il n'y avait aucun doute sur le fait que dorénavant la donne allait changer. En même temps, lorsqu'ils c'étaient vus à la Fontaine du Palmier elle avait beau être très souriante ce n'était pas pour autant qu'elle avait été totalement à l'aise, comprenons nous bien évidemment qu'elle avait été plus qu'a l'ais avec lui mais disons pas au point de se comporter avec lui comme s'ils étaient vraiment ensemble alors que là c'était différent ... Sarah avait souvent besoin d'être rassuré avec la personne qu'elle était alors il ne fallait pas qu'il soit étonné, si des fois elle venait se blottir dans ses bras sans aucune raison ou juste parce qu'elle en avait envie, quoi que c'était une raison suffisante, non ? Et puis apparemment, il aurait besoin de soutien dans les semaines à venir, donc ça n'allait pas poser de problème, en même temps elle n'avait jamais connu de garçon à qui ce genre d'attitude pourrait poser un problème.

    Je peux te demander tout ce que je veux alors ? dit-elle avec un sourire jusqu'aux oreilles, ce qu'elle pouvait aimer le contact des bras de Nicolas sur son corps, elle en avait tellement rêvé que parfois ça lui paraissait irréel. Tu sais que si ça t'embêtes, je peux arrêter hein ? dit-elle en s'écartant un peu de lui pour accompagner le geste à la parole.

    Moi une menteuse ? s'offusqua-t-elle. C'est pas très sympa ... dit-elle faussement vexé. Tu as intérêt à te faire pardonner ajouta-t-elle avec un petit sourire espiègle au coin des lèvres.

    Décidemment, heureusement qu'il était là pour la rassurer, mais bon tous les mots de Nicolas ne pourraient pas la faire totalement changer d'idées, avec Amélia il avait une situation stable, une vie ensemble, alors qu'elle, elle ne pourrait pas lui apporter ça ou pas alors très longtemps et puis elle se disait aussi qu'il avait peut-être d'autres attentes auxquels elle ne pourrait pas répondre, mais bon ça ne servait à rien de continuer sur ce sujet, elle opina pour clore le sujet.

    Très bien, on arrête de parler de ça.

    Sarah haussa les épaules l'ai de dire "Comme si ça m'intéressait que ce soit du cinq étoiles".

    Tant mieux, je le suis aussi ...

    Quelle idée de lui demander l'adresse, non mais franchement Sarah t'aurait pas pu la fermer pour une fois ? A cause de sa bêtise il se détacha d'elle, heureusement il ne mis pas très longtemps à revenir.

    Oui, mais tu sais je n'ais pas un très bon sens de l'orientation, alors si tu pouvais me montrer ce serait vraiment sympa. dit-elle lorsqu'elle entendit le ton qu'il choisit pour lui répondre.

_________________

« Qu'expriment donc tes yeux ?
Plus que tous les mots qu j'ai lus dans ma vie, il me semble »
Walt Whitman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-oth.frbb.net/index.htm
Nicolas Stevens
I'll Be Watching You
avatar

Nombre de messages : 112
Age : 30
Photo D\'Identité :
Date d'inscription : 27/08/2008

• Moi, Moi et encore Moi •
Humeur:
0/100  (0/100)
Amis / Ennemis:
En ce moment ?: Alesha Dixon - The Boy Does Nothing

MessageSujet: Re: Un cours dans la joie et la bonne humeur [Nicolas]   Mar 18 Nov - 0:11

    Le jeune homme aurait aimé que en cet instant que sa vie, à l’avenir, se résume à cela. Tenir dans ses bras Sarah, comme si c’était la chose la plus naturelle du monde et sans aucun remords. Enfin, bien sûr, pour lui, c’était la chose la plus naturelle du monde, mais pour les personnes de leur entourage respectif, ça ne l’était pas. Mis à part les patrons de Nicolas qui trouveraient cette situation malsain, toutes ses propres connaissances ne verraient pas d’un très bon œil sa relation avec la jeune femme, mais cela était peut-être du au fait qu’il avait mis un terme à sa relation avec Amélia. Ses meilleurs amis, avec le temps s’y feraient, il en était sûr, justement parce qu’ils portaient le poids d’être ses meilleurs amis, ce qui impliquaient de comprendre ses choix sans les juger dans la mesure du possible. Et puis du côté de Sarah, ça ne devait pas être mieux. Il avait déjà cru comprendre qu’un de ses amis n’était pas très adepte de leur rapprochement et il imaginait aisément la tête de ses parents si un jour ils apprenaient qu’un professeur de théâtre, son professeur, de presque dix ans son aîné, sortait avec leur fille. Il doutait d’être le bienvenue aux réunions et aux repas familiaux du dimanche. Mais il avait déjà réfléchit à tout cela des dizaines de fois avant de prendre les décisions qui s’imposaient, et Sarah en valait vraiment la peine, même si pour être avec elle il devait faire quelques sacrifice et que leur relation ne serait jamais réellement normale. Malgré cela, il ne pouvait s’empêcher de se sentir heureux et bien vivant, ce qui ne lui était pas arrivé depuis trop longtemps. Et malgré cela, il ne pouvait s’empêcher d’éprouver des remords. Son bonheur n’avait pas été gratuit et une personne avait souffert par sa faute, et même si Nicolas était carrément fou de la jeune blondinette, il ne pouvait pas effacer du jour au lendemain les sentiments qu’il avait pour la jolie brune, et savoir qu’elle allait mal à cause de lui le peinait. Mais cela prouvait au moins qu’il avait une conscience, si il n’avait rien éprouvé de tout ça, il n’aurait été qu’un égoïste, voir un sociopathe qui ne distinguait plus le bien du mal ou n’en avait plus rien à faire. Il savait que les prochaines semaines ne seraient pas de tout repos mais savoir qu’il pouvait compter sur Sarah l’aidait énormément moralement.

    « Je suis un fou dangereux alors mieux vaut laisser tes autres petits amis cachés dans tes placards » répondit-il dans un sourire sadique. Mas visiblement, son attitude bagarreuse ne lui déplaisait puisqu’elle passa les bras autour de son cou, lui permettant de la serrer d’avantage dans ses bras. « Tant que tu joues les infirmières avec moi si je suis blessé, ça me va » ajouta le jeune homme, laissant un léger silence s’installer avant de révéler son âge.

    Bien qu’il n’en ai pas honte, après tout il était encore très jeune, moins par rapport à Sarah mais juste qu’en y réfléchissant, c’était étrange qu’elle ne le connaisse pas, en général, c’était une des premières choses que l’on demandait aux personnes que l’on fréquentait quand on ne le connaissait pas, ce qui prouvait bien que cela n’avait pas grande importance pour eux. Et puis Nicolas avait un visage assez jeune qui le faisait facilement passé pour plus jeune qu’il n’était.


    « Vingt-six ans » finit-il par lâcher. « J’espère que je n’apparais pas comme un vieux croûton à tes yeux maintenant » blagua-t-il en lui volant un baiser.

    « Très gentille et attentionnée? » répéta le jeune homme en prenant un air interrogateur. « Voilà qui est intéressant, mais tu sais qu’avec ce genre de phrases, je vais aller me cogner volontairement contre les murs pour que tu prennes soin de moi, prétextant une bagarre pour protéger ta vertu » expliqua-t-il en repérant discrètement les endroits qui pourraient laisser des marques.

    Quand ils parlèrent un court instant de son statut de professeur, puisqu’il venait de se vanter à ce sujet, le jeune homme si dit à lui-même que leur rencontre ne tenait pas à grand-chose. Elle aurait pu facilement tombé dans un autre cours avec un autre professeur et ils ne se seraient croisés que très brièvement dans les couloirs en de rares occasions. Se seraient-ils plut malgré tout? Il en doutait car leur attirance n’avait pas été que physique et l’alchimie n’aurait sans doute pas été au rendez-vous. Son cours était très prisé par les étudiants et Nicolas en accueillait la majorité, mais malheureusement, il ne pouvait pas tous les gérer. Comme quoi, ils avaient dès le début la chance de leur côté, espérons que cela continue dans un avenir proche.


    « Tu aurais pu tomber sur M. Delorme, celui qui fait du favoritisme envers les garçons parce qu’il préfère les fessiers musclés des messieurs, ou sur M. Von Der Berk, qui porte bien son nom vu son haleine de hareng séché et qui en plus possède un accent qui donne au pièce de Molière une toute autre vision des choses » se défendit Nicolas. « Finalement, avoues que tu as eu de la chance. »

    Quand elle s’écarta légèrement de lui, il resserra son étreinte dans un geste automatique qui l’étonné presque lui-même et il inversa leur position, adossant la jeune femme à la scène sans relâcher sa prise, pour ne pas qu’elle puisse lui échapper. Et puis de cette façon, si on les surprenait, elle pourrait toujours crier à la tentative d’attouchements, ce qui le ferait certes viré sur le champ, mais au moins elle aurait la tête sauve. Il pensait vraiment à des trucs débiles parfois.

    « Pas le moins du monde et tu peux me demander tout ce que tu veux, dans la mesure du possible et du raisonnable évidemment » réaffirma le professeur dans un franc sourire.

    Se faire pardonner? Il espérait que le baiser passionné qu’il était en train de lui donner suffirait à obtenir son pardon. Mais après tout ce qu’ils venaient de vivre et les deux disputes qu’ils avaient eu, il estimait que se faire pardonner pour si peu était d’une facilité déconcertante. Il détacha ses lèvres de Sarah et prit la mine d’un petit garçon qui aurait essayé d’amadouer sa mère pour ne pas être puni.


    « J’espère que cela suffit, ou au moins que c’est un bon début » demanda-t-il en redevant un adulte, reprenant un air normal.

    Le jeune homme se contenta d’acquiescer quand Sarah lui dit qu’ils ne parlaient plus de ce sujet, n’émettant aucune objection. Il se torturait assez tout seul avec ce qu’il avait fait, inutile qu’ils soient deux, même si au fond il savait que la blondinette, en effet, était responsable au fait qu’il ne soit plus avec Amélia. Enfin pas responsable au sens strict du terme parce que c’était lui qui l’était, pas elle, mais disons que si il ne l’avait pas rencontré….bref, ils venaient de décider de ne plus en parler non?


    « Pour une fois que nous sommes tous les deux sérieux, profitons-en, ce n’est pas si souvent » argumenta Nicolas dans un sourire. « Et pour ton sens de l’orientation, préviens moi dès que tu as un moment de libre et je t’emmène visiter mon humble demeure à la minute qui suit. Bon, il faudra juste que je prévienne mes nouveaux amis roumains sans papiers de faire le ménage et de nous laisser tous les deux, mais ça devrait le faire » assura-t-il dans un hochement de tête, faisant mine de réfléchir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah De Ravin
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Age : 27
Copyright : Avatar by Dead & Ico Profil By nadya14906 & Vava Sign by Batch Fourty & Liloo_59
Secret ? : J'ai volé un bonbon à la pêche quand j'avais dix ans ^^
Date d'inscription : 26/05/2007

• Moi, Moi et encore Moi •
Humeur:
85/100  (85/100)
Amis / Ennemis:
En ce moment ?: Always Love - Nada Surf

MessageSujet: Re: Un cours dans la joie et la bonne humeur [Nicolas]   Mer 19 Nov - 17:44

    Elle ne risquait pas de voir Nicolas s'énerver de si tôt après d'éventuels petits amis, puisque la blondinette avait été sage comme une image depuis qu'ils se fréquentaient, tout du moins à partir du jour où ils c'étaient vus avoués leur attirance respective car avant ce jour on ne pouvait pas vraiment dire que Sarah avait été irréprochable. Attention, n'allez pas croire qu'elle était le genre de personne à se comporter comme la dernière des trainée pas du tout, mais disons simplement qu'elle c'était amusée avant de savoir que tout ce qui se passait entre elle et Nicolas n'était pas le fruit de son imagination. Le fait, qu'elle ait finit quelques unes de ses nuits avec d'autres hommes alors qu'elle prenait déjà des cours de théâtre avec Nicolas comptait-il ? A ses yeux, non, de toute manière il ne serait pas au courant de ça et puis pourquoi devrait-elle lui dire si ses petits écarts de conduite c'étaient passés avant ce fameux jour où elle était arrivée en retard à son cours ? Si elle lui en parlait, elle ne voyait vraiment pas ce que ça changerait mis à part le fait qu'il n'apprécierait peut-être pas, mais de toute manière il n'était pas en droit de lui faire le moindre reproche puisqu'a l'époque où tout ceci c'était passé il était avec Amélia et puis ce n'était pas comme si elle avait eut une relation sérieuse avec un homme, non ça avait été des aventures sans aucun intérêt ... Elle le regarda un instant, comme pour se poser une dernière fois la question de savoir si elle lui parlerait de ça tout en sachant pertinemment la réponse, puis elle haussa discrètement les épaules pour elle-même.

    Bonne idée, je les préviendrai dès que je rentrerai chez moi. dit-elle pour plaisanter. Sarah joua avec une des mains de Nicolas qu'elle pris dans la sienne puis elle leva ses yeux vers lui. Mon pauvre chéri dit-elle avec humour. Je ne vais tout de même pas te laisser te débrouiller tout seul si tu es mal point, surtout si c'est à cause de moi.

    Au moins, ils avaient moins de dix ans d'écart, c'était déjà ça, personnellement elle s'en moquait totalement, son âge ne lui faisait rien du tout maintenant qu'elle le connaissait lui, par contre si une de ses amies lui avait dit "Je vais te présenter un type de 26 ans" Sarah lui aurait sans doute certainement répondu " T'es gentille mais je vais pas les chercher en maison de retraite" ce qui n'était d'ailleurs pas très sympa, mais bon ça aça aurait été ce qu'elle aurait dit avant, maintenant, la jeune élève pensait plutôt quelque chose du type " Et ben dis donc, les mecs de 26 ans ils sont pas mal du tout hein", bien évidemment c'était le genre de réflexion qu’elle gardait pour elle ... Plus sérieusement, ce petit détail n'était pas des plus importants pour Sarah, ce qui était plus gênant c'était qu'ils allaient devoir faire très attention à chaque fois qu'ils sortiraient ensemble, on avait beau dire que Paris était une grande ville, ce n'est pas ça qui l'empêchait de croiser assez souvent des personnes qu'elle connaissait dans la rue. En même temps, tant que ce n'était pas le directeur de l'école de théâtre ou ses parents ça ne la dérangeait pas vraiment qu'on puisse le voir avec lui, ah et aussi il ne fallait surtout pas qu'ils voient Amélia, Sarah tenait à la vie et elle n'avait aucun doute sur comment la jolie brune l'accueillerait si jamais elles se rencontraient.

    Vingt-six ans ? Tu es plus jeune que se que je pensais, je t'aurais bien donné la quarantaine au moins dit-elle en se moquant gentiment, mais de quoi se moquait-elle au juste ? Certainement pas de son physique par rapport à son âge parce que si elle devait commencer à dire combien elle le trouvait craquant ils n'étaient pas sortis de cette salle de cours. On a donc sept ans d'écart, je trouve que le sept c'est un bon chiffre. dit-elle dans un sourire.

    Tu es trop aimable répondit-elle lorsqu'elle l'entendit dire qu'il se ferait mal volontairement. Interdiction de toucher à ce beau visage ajouta-t-elle avec un petit air sévère. Et puis, tu vas très vite t'apercevoir que tu ne vas pas avoir besoin de te cogner contre les murs pour que je me montre gentille avec toi. dit-elle dans une phrase pleine de sous entendu.

    Sarah fronça légèrement les sourcils au tableau qu'il lui fit des autres profs qu'elle aurait put avoir, franchement il donnait pas vraiment envie d'assister à d'autres cours qu'au sien, était-ce pour cela qu'il avait tant de monde dans sa classe ? Peu importe, elle était persuadée d'une chose, c'était qu'elle n'avait pas l'intention de changer de cours de toute manière vu son emploi du temps à la fac elle ne pouvait pas vraiment, mais mis à part cela elle n'avait pas l'intention de le quitter, par contre elle allait devoir faire attention à ne pas le dévorer des yeux pendant qu'il donnait son cours ... Si on y réfléchissait, leur situation allait les amener à tout un tas de situations assez cocasses et si une autre élève du cours se mettait à draguer Nicolas ou à faire de gros sous entendus en plein cours ? Elle ne voulait même pas imaginer qu'une telle chose puisse arriver, elle ne savait pas comment elle réagirait, partager niveau cœur n'était pas vraiment sa tasse de thé.

    C'est moi ou tu adores faire des compliments sur tes collègues de travail ? fit-elle remarquer avec ironie, en même temps ce n'était pas faux, elle avait eut une fois l'occasion de parler à ce fameux Monsieur Der Berk et la grimace qui c'était dessinée sur son visage à l'odeur de son haleine avait été tellement éloquente qu'aucun mot n'était nécessaire pour approuver ce que Nicolas venait de lui dire. De la chance ? Disons que je ne suis pas malchanceuse ...

    Sarah se laissa faire lorsqu'il l'attira vers lui, que demander de plus ?

    Tu t'en sors bien ... Savoir que je peux te demander ce que je veux me suffit pour l'instant. répondit-elle en lui faisant un clin d'œil. Elle ferma les yeux lorsqu'il l'embrassa avec intensité, si ça ce n'était pas un baiser, elle ne s'appelait plus Sarah De Ravin.

    Tu sais te montrer très persuasif quand tu veux ...

    Alors comme ça il était prêt à lui montrer où était sa chambre dès qu'elle le désirait ? Le pauvre, si il savait ... Si ça ne tenait qu'a elle, il lui aurait montré tout de suite, mais comment expliquer à son père qu'elle ne rentrait pas ou qu'elle rentrait assez tard un en pleine semaine ? Elle n'avait jamais été très douée pour mentir, pour cause elle n'avait pas pris ces mauvaises habitudes lorsqu'elle était plus jeune, mais apparemment le vent venait de tourner ...

    Parfait et si je te dis que je suis libre là maintenant tout de suite, tu me réponds quoi ? dit-elle avec espièglerie pour voir ce qu'il allait lui répondre. En réalité, elle avait une belle dissertation qui l'attendait chez elle mais bon ça bien sûr il n'était pas censé le savoir.

    Sarah entendit une porte se fermer, immédiatement elle se détacha de Nicolas, il faut dire que d'ordinaire à une heure aussi tardive il n'y avait plus grand monde dans l'école, ce qui expliquait sûrement sa réaction, elle regarda la porte puis elle le regarda lui.

    T'as entendu ?

_________________

« Qu'expriment donc tes yeux ?
Plus que tous les mots qu j'ai lus dans ma vie, il me semble »
Walt Whitman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-oth.frbb.net/index.htm
Nicolas Stevens
I'll Be Watching You
avatar

Nombre de messages : 112
Age : 30
Photo D\'Identité :
Date d'inscription : 27/08/2008

• Moi, Moi et encore Moi •
Humeur:
0/100  (0/100)
Amis / Ennemis:
En ce moment ?: Alesha Dixon - The Boy Does Nothing

MessageSujet: Re: Un cours dans la joie et la bonne humeur [Nicolas]   Jeu 20 Nov - 19:53

    La phrase que Sarah lui lança, sur le fait qu’elle ne le laisserait pas se débrouiller seul si il était mal ne point lui fit céder un léger sourire bien que ce ne soit pas pour les raisons premières pour lesquelles la jeune femme l’avait dit. Nicolas n’allait pas jouer les victimes dans cette histoire, ça aurait été un peu ridicule puisqu’il en était le responsable. Et malgré tous ses défauts, qu’il avait grandement mis en valeur ces derniers temps, il ne fuyait jamais ses responsabilités. Alors tout ce qu’il pourrait lui arriver de négatif était justifié, il ne pouvait pas réellement s’en plaindre. Mais le fait est, et comme il l’avait déjà dit, il allait se retrouver seul. Depuis hier, il ne comptait plus le nombre de messages sur son répondeur qui lui disait qu’il était, citons « un salaud, que ce qu’il avait fait était immonde, qu’il ne méritait pas Amélia, et que si jamais on le rencontrait dans la rue, il n’était pas à l’abri de se faire injurier ». Charmant n’est-ce- pas? Et dire que ces personnes étaient des amis il y a encore deux jours ce ça, comme quoi on ne connaissait jamais vraiment les gens que l’on fréquentait. Heureusement qu’il lui restait ses deux meilleurs amis, qui ne le laisseraient pas tomber, c’était déjà ça. Et sans oublier bien sûr Sarah. Certes, il avait beaucoup perdu dans cette histoire, mais c’était une chose dont il avait pris conscience avant de se lancer avec la jolie blonde. Et puis il ne perdait pas tout puisqu’il la gagnait elle, et c’était tout de même le plus important. Pas gagné dans le sens péjoratif du terme bien sûr, mais on avait compris ce qu’il voulait dire. Elle serait là pour lui, la jeune femme le lui avait affirmé deux fois en peu de temps, et il avait confiance en ça. Il faudrait juste un peu de temps pour que les choses se tassent.

    « Oh alors il y en plusieurs et tu les caches véritablement chez toi. J’en déduis que ce n’est pas ton père qui range tes vêtements dans tes placards » répondit-il en faisant mine de réfléchir.

    De toute façon, il ne risquait pas d’aller le vérifier lui-même, car une chose était sûr, le nouveau petite ami de Sarah ne serait pas invité à dîner souvent à la maison. Sauf si ils souhaitaient rencontrer le professeur de théâtre de leur fille, ce qui était peu probable. Et puis sans compter que le sujet dans anciens petits amis, que ce soit l’un et l’autre n’était jamais un sujet favorable à la bonne entente d’un couple. Vous vous aperceviez avec angoisse que l’homme ou la femme avec qui vous viviez en avait trois fois plus que vous et ça vous faisait paniquer ou ce genre de choses. Enfin, Nicolas n’avait pas vraiment de secret puisque Sarah connaissait l’existence d’Amélia et qu’elles s’étaient même rencontrées. Et il n’avait jamais eu de relations sérieuses avant elle, ce que la jeune femme n’avait pas besoin de savoir pour le moment.


    « T’as pas intérêt » ajouta-t-il sur un ton faussement menaçant en reparlant du fait qu’elle ne le laisserait pas se débrouiller seul.

    Quand elle lui dit qu’elle lui donnait au moins quarante ans, il prit un air offusqué en se passant une main dans les cheveux, comme pour vérifier qu’il ne les perdait pas. Heureusement qu’il connaissait maintenant son côté blagueur et taquin, sinon il aurait pu sérieusement se vexer, car oui, monsieur Stevens était de ceux qui prenaient vite la mouche. Et puis, il aurait trouvé leur relation un peu étrange. Sept ans de différence, ce n’était en effet pas grand-chose, à ses yeux, en tout cas, mais vingt ans ou plus, ça commençait à devenir un peu malsain, enfin de son point de vue encore une fois.


    « Il ne m’avait pas semblé que j’avais des cheveux blancs ce matin en me regardant dans le miroir, à moins que ce soit parce que je ne me suis pas rasé » demanda-t-il dans une question rhétorique. « Mais tu as raison sur un point, sept est un bon chiffre, il paraît que ça porte chance » ajouta ce dernier comme pour se prouver qu’il n’y aurait pas de problèmes à l’avenir entre eux.

    « Ce beau visage? Donc pour un mec de quarante ans, je suis pas trop mal conservé. » lança-t-il en arquant un sourcil. « Et il va falloir que tu arrêtes ce genre de phrases blondinette, c’est une incitation à la débauche je te signale et je suis un homme très faible » expliqua le jeune homme sur le même ton qu’elle.

    « Mes collègues ne m’arrivent pas à la cheville c’est tout et moi au moins, j’ai l’haleine fraîche, c’est un bon point pour moi » plaisanta Nicolas dans un léger rire.

    Il était vrai qu’il ne s’entendait pas particulièrement avec ce collègue ci. Ils n’avaient pas le même âge, pas la même conception de la vie et encore moins de l’enseignement du théâtre. Mais le résultat était qu’il fallait se mettre sur liste d’attente pour participer aux cours du jeune homme et que ceux de son collègue étaient aux trois quarts remplis. Pourquoi? Il n’en savait rien mais c’était le résultat qui comptait.


    « Rappelles-toi que j’ai dit dans la limite du possible et pour ce qui est de ma persuasion, tu n’as encore rien vu » répondit le professeur sur un ton ambigu.

    Quand la jeune femme lui dit qu’elle était disponible maintenant, il fut un peu pris au dépourvu. Comme on était en soir de semaine et que Sarah vivait chez ses parents, il s’était attendu à ce qu’elle reporte l’invitation à ce week-end, enfin n’importe quand mais pas ce soir. Alors sa grande assurance retomba un peu. Pas que l’idée ne l’enchante pas, bien au contraire, cette perspective, une soirée rien qu’avec elle, ne pouvait pas mieux tomber pour lui remonter le moral et passer du temps en sa compagnie, mais il avait juste été un peu surpris.


    « Je te réponds, on prend nos affaires et on file d’ici? » demanda-t-il.

    Mais il n’eu pas vraiment le loisir de peser le pour et contre puisque Sarah s’écarta vivement de lui après avoir entendu une porte claquée. Il faudrait qu’il s’habitue à ce genre de mouvements l’avenir de toute façon si ils prenaient le risque de se faire des câlins aux théâtre, mais quand elle lui demanda si il avait entendu, il se contenta d’hocher la tête à l’affirmative , puis il se dépêcha de prendre leur affaires respectives avant de montrer d’un signe de tête la porte latérale à la jeune femme avant qu’ils ne s’éclipsent par celle-ci. Au moment où Nicolas fermait doucement la porte, il entendit celle du théâtre s’ouvrir et il eu juste le temps de jeter un coup d’œil par les petites fenêtres situées en haut de la porte avant d’apercevoir le crâne dégarni de son fameux collègue.


    « Van der Berk » murmura-t-il à la jeune femme dans un léger rire avant de se diriger vers la sortie.

    Il n’empêche qu’il portait bien son nom et qu’ils avaient failli se faire prendre, mais finalement, ça avait un petit côté excitant qu’il ne pouvait nier. Le risque, le danger, ça l’était toujours, jusqu’au jour où l’on se faisait prendre. Quand ils débouchèrent sur le trottoir de la rue, Nicolas rendit ses affaires à la jeune femme, lui indiquant une voiture garée non loin d’ici. D’habitude il ne se déplaçait qu’en deux roues, mais comme il avait eu pas mal d’affaires à déménager et à stocker, il avait emprunté la voiture d’un ami, qui lui servait plus de garde meubles que pour se déplacer.


    « Tu veux toujours venir chez moi? » demanda-t-il à Sarah en mimant des guillemets de ses doigts pour le ‘chez moi’.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah De Ravin
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Age : 27
Copyright : Avatar by Dead & Ico Profil By nadya14906 & Vava Sign by Batch Fourty & Liloo_59
Secret ? : J'ai volé un bonbon à la pêche quand j'avais dix ans ^^
Date d'inscription : 26/05/2007

• Moi, Moi et encore Moi •
Humeur:
85/100  (85/100)
Amis / Ennemis:
En ce moment ?: Always Love - Nada Surf

MessageSujet: Re: Un cours dans la joie et la bonne humeur [Nicolas]   Sam 22 Nov - 1:20

    Il avait raison : ce n'était certainement pas son père qui rangeait ses vêtements, comment auraient-ils pu puisqu'il ne posait jamais le pied dans sa chambre ? En même temps, on ne pouvait pas dire qu'il y avait grand monde qui y venait, tout du moins très peu de personnes de sa famille, c'était bien simple, dès qu'elle rentrait chez elle, Sarah filait droit dans sa chambre et plus personne ne venait l'embêter, n'allez pas non plus croire qu'elle était une de ces gamines qui faisaient une crise d'adolescence en retard loin de là, elle était plutôt ouverte à la discussion, enfin elle était ouverte à la discussion avec les personnes qu'elle ne haïssait pas, en somme juste avec les gens qu'elle aimait bien et dans le foyer familiale il n'y avait qu'une personne qu'elle aimait son père : enfin elle le supportait quand il ne jouait pas au parfait petit couple avec sa chère et tendre. Mais mis à part ça, elle était une personne plutôt agréable dont l'activité favorite était de rire, il y avait pire tout de même, mais bref passons ces détails intéressants ... Plusieurs petits amis, elle ? C'était la blagounette de l'année celle la ! Non, mais sérieusement, comment était-il humainement possible d'avoir plusieurs copines ? Elle ne parlait pas pour Nicolas, puisque pour lui c'était différent, elle faisait référence à tous ces mecs qui arrivaient à avoir quatre petites amies en même temps, déjà qu'il était assez difficile d'avoir une relation stable avec une personne, alors s'amuser à sortir avec trois autres de plus, merci mais non merci ! Pour plaisanter et se défendre, elle lui aurait bien dit qu'il n'y a pas si longtemps c'était lui qui fréquentait deux femmes en même temps, mais elle se dit que ce n'était peut-être pas l'idée de l'année ... Il y avait des sujets avec lesquels on pouvait plaisanter et d'autres avec lesquels on ne pouvait pas et lui parler de la femme qu'il venait de quitter pour elle faisait partie de la seconde catégorie.

    Je ne savais pas que tu avais des dons de voyance ... Je ne sais pas comment tu vas faire pour tous leur refaire le portrait, ça va être un peu compliqué. dit-elle en faisant mine de réfléchir réellement à la question.

    Et oui car ce n'était pas demain que Nicolas pourrait venir chez la jeune femme, mais honnêtement elle s'en moquait, la seule personne à qui elle accordait de l'importance chez elle c'était son père et vu ses goûts en matière de femme, elle ne voyait pas trop ce qu'il pourrait lui apprendre ... A part ça, il ne manquait pas grand chose à part un imbécile heureux et une idiote de première classe, alors franchement, ça ne valait vraiment pas le détour. Non, en fait la seule chose qui valait vraiment le détour, sans prétention hein c'était Sarah alors pourquoi aller chercher des histoires là où il n'y en avait pas ? Je vais vous le dire moi : aucune raison ! Sarah s'approcha ensuite de Nicolas même si on pouvait difficilement faire mieux, puis elle posa une de ses mains sur le torse du jeune homme,, ce qu'elle pouvait aimer faire ça ! Dire que maintenant, elle pourrait le faire dès qu'elle le souhaiterait, bien sûr elle allait trouver une excuse bidon, parce que lui toucher le torse et le regarder dans le blanc des yeux en continuant la conversation comme si de rien n'était, même elle, elle trouvait que ça pouvait être un peu étrange.

    Ton cœur bat un peu moins fort que la dernière fois ... J'espère que ce n'est pas mauvais signe dit-elle sans un sourire pour le taquiner.

    Sarah ne put s'empêcher de rire lorsqu'il passa sa main dans ses cheveux, le pauvre chou, elle déposa un baiser sur la joue de Nicolas du bout des lèvres comme pour se faire pardonner. Elle le regarda un peu plus attentivement lorsqu'il parla de sa barbe, même si pendant le cours elle avait évité de le regarder dans les yeux et avait passé son temps à fixer des pints invisibles dans la pièce, elle n'avait pas put échapper à la barbe de Nicolas, en même temps qui ne l'avait pas vu ? Elle n'allait pas jusqu'a dire que ça l'avait rassuré mais disons qu'elle ne l'avait jamais vu comme ça et le fait qu'il ne se rase pas certainement durant plusieurs jours était un signe que ce qui c'était passé lui avait fait quelque chose, elle n'en avait pas douté mais Sarah était le genre de personne qui avait toujours besoin d'être rassuré et le voir comme ça était une preuve visuelle que tout ça n'était pas sortit de son imagination. C'était peut-être un peu débile comme raisonnement mais c'était comme ça qu'elle fonctionnait, elle avait toujours besoin de voir les choses pour y croire, même si vu tous les moments qu'ils avaient passés ensemble elle n'était pas vraiment en droit de douter, mais bon, vous connaissez le proverbe : chassez le naturel il revient au galop.

    D'ailleurs ça te fait un petit côté bad boy ... Tu as arrêté de te raser parce que je t'ai dis que j'aimais bien les mauvais garçons ? demanda-t-elle en plaisantant. Que ça porte chance ou malheur, on a pas besoin de ça. dit-elle avant d'attirer les lèvres du jeune homme vers les siennes.

    Oui, ce beau visage et ces beaux yeux d'ailleurs tu devrais arrêter de me regarder comme ça parce que sinon c'est moi qui vais me montrer faible. rétorqua-t-elle en le regardant intensément. Moi une incitation à la débauche ? répéta-t-elle en le regardant le plus innocemment possible. Je ne comprends vraiment pas pourquoi tu dis ça ... J'essaye de m'appliquer en cours, la preuve je viens te voir à chaque fois que j'ai un soucis et ce que je récolte c'est un « il va falloir que tu arrêtes ce genre de phrases blondinette, c’est une incitation à la débauche », c'est du joli dis donc ! ajouta-t-elle sans le quitter du regard.

    Toi, une haleine fraiche ? Attends on va vérifier ça ... dit-elle avant de capturer les lèvres de Nicolas. Je crois que tu as raison sur ce point la.

    Dans la limite du possible, dans la limite du possible ... Elle était sûre qu'avec cette limite il pouvait faire beaucoup de choses, mais son esprit diabolique réfléchirait un peu plus tard à tout ça, pour le moment, elle voulait profiter de chaque instant passé à ses côtés, elle savait que leur histoire ne faisait que commencer, mais elle avait tellement attendu ce moment qu'elle ne voulait plus perdre de temps, elle n'avait pas le temps du perdre du temps, chaque minute comptait lorsqu'elle était avec lui.

    On verra ça au moment venu ... J'ai rien vu ? Et bien je demande à voir, montres moi, je suis très curieuse. répondit-elle avec malice.

    Si Sarah pensait surprendre Nicolas en lui suggérant de prolonger leur petit tête à tête, ce fut elle qui fut surprise lorsqu'il lui répondit par l'affirmative. En même temps, elle ne le voyait pas la rembarrer ... Quoi que ça aurait put être possible, non ? Il aurait put lui sortir une phrase du genre "D'accord, mais à un autre moment ça fait beaucoup de choses en un seul soir", était-ce ce qu'elle souhaitait ? Qu'il lui réponde de prendre un peu plus leur temps ? Et voila elle recommençait à se prendre la tête pour un petit détail, pourquoi éprouvait-elle toujours le besoin de se torturer l'esprit quand tout se passait parfaitement bien ? Peut-être qu'il n'avait pas eut tord l'autre jour lorsqu'il lui avait dit qu'elle était sadique ...

    Je te suis rétorqua-t-elle en se disant qu'elle aurait tout le temps du chemin pour trouver une excuse de dernière minute si jamais elle changeait d'avis. Sarah chassa cette dernière pensée de son esprit lorsque Nicolas lui indiqua une porte à l'autre bout de la salle pour qu'ils puissent sortir à l'abri des regards indiscrets.

    Décidemment, il n'a que des défauts celui la. ne put-elle s'empêcher de dire avant de presser le pas aux côtés de Nicolas lorsqu'elle se rendit compte qu'elle avait parlé un peu plus fort qu'elle ne l'aurait du.

    Mais Sarah n'accorda que très peu de temps de répit à ses neurones lorsqu'avant d'ouvrir la voiture qui était sûrement la sienne, Nicolas lui demanda si elle voulait toujours le suivre, elle hocha la tête en silence.

    Je te suis chez toi finit-elle par dire en mimant les guillemets que Nicolas venait de faire pour plaisanter.

_________________

« Qu'expriment donc tes yeux ?
Plus que tous les mots qu j'ai lus dans ma vie, il me semble »
Walt Whitman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-oth.frbb.net/index.htm
Nicolas Stevens
I'll Be Watching You
avatar

Nombre de messages : 112
Age : 30
Photo D\'Identité :
Date d'inscription : 27/08/2008

• Moi, Moi et encore Moi •
Humeur:
0/100  (0/100)
Amis / Ennemis:
En ce moment ?: Alesha Dixon - The Boy Does Nothing

MessageSujet: Re: Un cours dans la joie et la bonne humeur [Nicolas]   Jeu 27 Nov - 3:12

    Dans un sens, le fait que leur relation soit atypique rassurait Nicolas. Non pas qu’il se réjouissait de ne pas pouvoir se montrer avec Sarah où il le voulait et quand il le souhaitait, ni de devoir faire attention à son attitude avec elle lors de ses cours, car il allait devoir faire jouer au maximum ses talents de comédiens. Ni le fait qu’il devrait continuer à mentir à beaucoup de personnes pour se couvrir sous prétexte qu’il n’avait pas le droit d’être amoureux de cette femme là. Qui étaient-ils pour lui dire qu’il n’avait pas le droit à ce genre de choses. Non ce n’était en effet pas pour toutes ces choses qu’il appréciait la singularité de leur relation. Mais il avait eu une relation longue avec Amélia, ils avaient pris la décision d’habiter ensemble, et étaient de ce fait vingt-quatre heure sur vingt-quatre, sept jour sur sept. Bien sûr, ils avaient tous les deux leur travail, qui leur prenait pas mal de temps mais le fait est qu’ils vivaient dans le même appartement et n’avaient plus réellement de moment à eux. Sarah vivait chez ses parents et ces derniers n’étaient pas prêts d’être au courant que leur fille sortait avec son professeur de théâtre, alors Nicolas aurait un chez lui, où la jeune fille serait toujours la bienvenue, mais il possédait un endroit pour se retrouver et se poser, et cela le rassurait d’une certaine manière. Il souhaitait faire les choses biens et avoir son chez lui en faisait partie. Sans compter que c’était le seul lieu où ils pourraient être vraiment sereins sans avoir peur de se faire surprendre dans les bras l’un de l’autre.

    « Il y a beaucoup de choses que tu ignores encore sur moi » répondit le jeune homme sur un tom mystérieux. « Et la jalousie décuplera mes forces, ne t’inquiètes pas pour moi mais pour eux » ajouta ce dernier en reprenant la plaisanterie.

    Si la question de la famille de Sarah pouvait poser problème, Nicolas se félicita que la sienne soit à des dizaines de milliers de kilomètres, sur un autre continent. Non pas qu’il avait peur de leur réaction, même si après quatre années sans voir leur fils, ils désespéraient toujours de rencontrer Amélia. Voilà un point qu’il devrait éclaircir, et même si ils seraient certainement surpris par son choix, les parents adoptifs de Nicolas l’avaient toujours soutenu dans ses choix, même quand celui-ci avait décidé de partir en France pour y vivre, et il espérait qu’ils continueraient à le soutenir pour ce choix là. Mais il n’en doutait a pas vraiment et si ils lui faisaient la morale, un océan les séparait et c’était amplement suffisant à les tenir à distance puisque son père avait la phobie des avions et de bateaux. Un point qui réglait pas mal de problèmes à son sens.


    « C’est juste parce que je suis plus serein, mais ne t’inquiètes pas, je ressens exactement les mêmes choses que devant la fontaine » répondit-il en posant sa main sur la sienne, comme il l’avait fait quelques jours plus tôt.

    Il apprécia le baiser qu’elle lui déposa sur la joue, du bout des lèvres, comme toutes les marques d’affection qu’elle lui portait de toute façon. Et il savait que ce n’était pas seulement le fait que ça soit nouveau entre eux qui lui faisait tant d’effets. Il était confiant et justement parce qu’ils ne seraient pas tout le temps ensemble, obligation universitaire, professionnelle et familiale, les moments qu’ils passeraient ensembles n’en seraient que meilleurs et qu’ils en profiteraient au maximum.


    « Disons que la raison était plutôt que je ne me sentais pas trop d’attaque ce matin en pensant que j’allais te voir et qu’on risquait de se froisser mais vu comment les choses se sont déroulées, je recommencerais bien cette journée juste pour le plaisir de notre réconciliation » répondit-il dans un sourire, avant d’accepter le baiser que lui offrait Sarah.

    « Alors toi aussi tu es faible, c’est une bonne chose à savoir » lança Nicolas en se penchant pour embrasser son cou. Et il acquiesça quand elle répéta sa phrase en ce qui concernait l’incitation à la débauche. « Oh oui, une élève studieuse qui ne fait que demander innocemment conseil à son professeur, mais ce n’est pas de ma faute, c’est de la tienne, tu es trop séduisante, je ne peux pas me contenir en ta présence et ça me pousse au vice » expliqua en plaisantant le jeune homme, quoi que pas entièrement.

    Mais en repensant à sa propre réponse, il se dit qu’il n’aurait pas vraiment le choix, celui de se contenir quand elle serait présente à ses cours, accompagnée d’une quinzaine d’autres étudiants.
    Le jeune homme ne fit pas de commentaires sur son haleine et se contenta une nouvelle fois de répondre au baiser de Sarah, préférant amplement se concentrer sur ses lèvres si tentantes dont il avait si souvent rêvé au cours de ses deux derniers mois et qu’il pouvait maintenant presser contre les siennes à sa guise, enfin presque, disons quand ils étaient seuls, ce qui était déjà un bon point.


    « Si c’est toi qui le demande » enchaîna le jeune homme en ce qui concernait sa force de persuasion, mais il n’eut malheureusement pas le temps de mettre sa force en pratique, puisqu’ils avaient été interrompus dans leur élan.

    De toute façon, ils avaient eu l’intention de partir, disons que leur départ, à cause du collègue de Nicolas s’était fait de manière un peu plus précipitée. Et il lui fit un grand sourire quand elle lui dit que l’autre professeur n’avait décidément que des défauts. Sujet véridique mais sur lequel le jeune homme ne souhaitait guère s’appesantir plus longtemps. Ils s’étaient donc dirigés dans la rue le plus rapidement possible et Nicolas lui avait posé la question une seconde fois, pour être sûr que c’était ce qu’elle souhaitait.
    Il lui tînt donc la portière, attendant qu’elle s’installe dans le véhicule avant d’en faire le tour pour prendre le volant, lui expliquant pendant le court trajet que c’était un ami qui lui avait prêté, d’où les nombreux cartons qui se trouvaient sur la banquette arrière.

    Ils arrivèrent dont une petite demi-heure plus tard, après dix minutes de bouchons parisien et il les guida jusqu’à sa chambre, qu’il ouvrit avec une clé magnétique. Vive la technologie!
    Nicolas fit donc entrer la jolie blonde dans son humble demeure, la stoppant soudain.


    « Attends » intima-t-il du doigts, se baissant pour regarder sous son lit, avant d’ouvrir les penderies pour vérifier à l’intérieur d’une mine inquiète et très sérieuse. « C’est bon » lâcha-t-il. « Mes amis roumains et sans papiers ne sont pas encore rentrés » conclut-il dans un sourire blagueur.

    « Voilà, c’est pas le grand luxe du Ritz, pas de baignoire jacuzzi ou de télé géante à écran plat, et pas de masseuses thaïlandaises, mais j’ai quand même des jus de fruits bon marché et un peu de confort » expliqua le jeune homme en se rapprochant de Sarah, l’encerclant de ses bras. « Maintenant, quand tu as un problème ou que tu n’as pas envie de rentrer chez toi tout de suite après les cours, tu as un appartement avec un beau brun ténébreux solitaire qui t’attend rien que toi » dit-il le plus innocemment du monde, sifflant légèrement.

    Il est vrai que la chambre était assez spartiate, un lit au centre de la pièce collé au mur à sa tête, un canapé avec en face une télé de taille moyenne et un coin bureau juste devant la fenêtre, sans compter la salle de bains attenante, son petit luxe à lui, mais au prix de la chambre, c'était déjà pas mal et cela suffisait à Nicolas qui n'avait jamais eu des goûts de luxe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah De Ravin
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Age : 27
Copyright : Avatar by Dead & Ico Profil By nadya14906 & Vava Sign by Batch Fourty & Liloo_59
Secret ? : J'ai volé un bonbon à la pêche quand j'avais dix ans ^^
Date d'inscription : 26/05/2007

• Moi, Moi et encore Moi •
Humeur:
85/100  (85/100)
Amis / Ennemis:
En ce moment ?: Always Love - Nada Surf

MessageSujet: Re: Un cours dans la joie et la bonne humeur [Nicolas]   Sam 29 Nov - 2:04

    Il y avait peut-être beaucoup de choses qu'elle ne savait pas sur lui, mais une chose était sûre ce n'était pas l'envie d'apprendre qui lui faisait défaut, loin de là. Si seulement, ils pouvaient inventer une matière "Apprendre à connaître Nicolas Stevens" à la fac ... Elle n'irait certainement plus suivre ses cours à reculons, qu'est-ce que c'était beau de rêver ! Mais bon en attendant que quelqu'un ait la bonne idée d'inaugurer cette matière, elle allait apprendre à le connaître avec les bonnes vieilles méthodes, autrement dit elle allait le coller jusqu'a connaître la chose la plus insignifiante sur lui. Bon ok, elle exagérait un peu, surtout que ce n'était pas son genre de collé à son copain vingt quatre heures sur vingt quatre, sérieusement, elle ne comprenait pas comment une fille pouvait avoir envie de n'avoir que son copain dans sa vie, enfin elle était mal placé pour parler ou en l'occurrence pour penser ... Car si on ne devait choisir qu'un seul mot pour désigner les pensées de Sarah ces derniers mois, le simple prénom "Nicolas" était amplement suffisant ... Vous connaissez le proverbe : faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais, mais bon ce qu'elle voulait dire par là c'était qu'elle était super heureuse d'ailleurs la plus heureuse des femme à ce moment précis, mais elle ne voulait pas commencer à ce que sa vie se résume simplement à Nicolas, mais attention ça ne voulait pas dire qu'elle n'avait pas l'intention de passer du temps avec lui, loin de là, le pauvre si seulement il savait dans quoi il venait de s'embarquer ... De toute manière, même si elle avait eut envie de l'accaparer toute la sainte journée, elle se doutait bien qu'il avait une vie avant de la rencontrer elle et qu'il n'allait pas tout lâcher en un claquement de doigts, ce n'était pas ce qu'elle voulait et puis vu la personne qu'il était, elle n'avait aucun doute sur le fait qu'il avait très certainement de nombreux amis avec qui il devait passer du temps, des amis qu'elle n'était pas pressée de connaître, inutile de vous expliquer le pourquoi du comment.

    Ça tombe bien parce que je suis plus que motivée à tout savoir sur toi ... répondit-elle avant de balader une de ses mains sur le visage de Nicolas, il voulait jouer l'homme mystérieux ? Et bien elle, elle allait jouer la carte du charme. Alors, tu veux bien m'apprendre une ou deux petites choses sur toi ? Tu sais à quel point je mets de la bonne volonté pour apprendre ajouta-t-elle en faisant référence aux nombreuses questions qu'elle avait pris l'habitude de lui poser en fin de cours. Si je n'ais pas à m'inquiéter pour toi alors ... dit-elle en s'écartant doucement du jeune homme. Et moi qui me voyais déjà aux petits soins pour toi dit-elle de plus belle avec un petit déçu. Tant pis ... Je m'occuperai des pauvres victimes que tu feras ...

    Elle le regarda en feignant de souffler un bon coup lorsqu'il lui dit qu'il avait toujours les mêmes sentiments que lorsqu'ils se trouvaient devant la fontaine, elle le prenait avec la rigolade devant lui mais en réalité qu'est-ce qu'elle pouvait être contente de l'entendre lui dire ça ! Bon allez, plus sérieusement au lieu de trouver des moyens tordus de lui faire parler de ses sentiments, il fallait qu'elle se décide à lui parler des siens, elle savait qu'elle venait de se dire qu'elle remettrait ça à plus tard, mais c'tait énervant, elle l'aimait alors pourquoi ne pouvait-elle tout simplement pas lui dire ? Allez, on respire un bon coup et on prend son courage à deux mains Sarah !

    Moi aussi ... Youhou ! Elle venait de lui dire ! Si c'était pas super, ça ? Moi aussi je suis plus sereine ne put-elle s'empêcher d'ajouter quelques secondes plus tard, décidemment elle abusait ... Oh et puis après tout, ce n'était pas si pressé que ça, non ? Ben non Sarah, il venait juste d'envoyer en l'air une relation de plus d'un an par ta faute, mais à part ça il n'y avait rien de pressé ... Mais en même temps, elle n'allait pas lui dire parce qu'elle se sentait obligée de lui dire, non ? Enfin, ce n'était pas comme si elle ne pensait pas ces trois petits mots mais tout de même ...

    Je crois que je peux faire un effort pour qu'on ait juste le plaisir que peut nous apporter les réconciliations pendant un petit moment. En effet, les disputes elle commençait un peu à en avoir marre ces temps ci, de toute manière elle ne voyait pas ce qui pouvait se mettre entre eux deux à partir de maintenant s'ils faisaient attention; mais bon il ne fallait jamais dire jamais ...

    l ne fallait pas qu'il fasse ça : l'embrasser dans le cou lorsqu'ils se trouvaient ici car si ils continuaient sur cette lancée, elle serait incapable de mettre le holà à leurs câlins, elle allait lui faire la remarque, mais elle se dit qu'après tout on avait qu'une vie, et puis il était rare que quelqu'un se trouve dans le bâtiment à une heure aussi tardive, d'ailleurs ce petit détail leur avit facilité la tâche ces derniers mois parce qu'il n'était pas improbable qu'elle aurait passé moins de temps avec lui si jamais elle avait eut ses cours en pleine journée et non en soirée comme c'était le cas.

    Nous sommes tous les deux faibles ... Comment est-ce qu'on va s'en sortir ? demanda-t-elle sur un ton dramatique. Tu sais que si tu continues comme ça, je vais très vite perdre tous mes moyens ? ajouta-t-elle par la suite.

    Mouais ... dit-elle pas très convaincue. Je t'aurais bien fais la morale mais puisque sous touts ces paroles, il y a l'air d'avoir un compliment qui se cache je vais m'abstenir.

    Sarah allait lui dire quelque chose, et oui la blondinette trouvait toujours quelque chose à dire mais elle l'en n'eut pas vraiment l'occasion puisqu'ils durent partir un peu précipitamment, bref Sarah le suivit jusqu'a la voiture ils parlèrent un peu durant le trajet, une fois arrivé, elle le suivit en silence se disant que s'il restait ici ou tout du moins si elle ne partait pas tout de suite, il fallait au moins qu'elle prévienne chez elle, bon allez ce n'était pas si pressé que ça ... Sarah se stoppa dans son élan lorsqu'il lui dit d'attendre, elle fronça un peu les sourcils il semblait soucieux tout à coup, puis un sourire se dessina sur ses lèvres lorsqu'elle comprit qu'il plaisantait.

    Dans ce cas on va pouvoir rester tous les deux un petit moment, sauf s'ils rentrent dans pas longtemps ? Je ne voudrais surtout pas déranger ... lui répondit-elle pour plaisanter, quoi que les amis romains ça pouvait être une bonne excuse pour s'éclipser en vitesse si jamais elle était prise d'un coup de panique ...

    Pour les massages on peut s'arranger dit-elle dans une phrase pleine de sous entendu en haussant un sourcil l'air de die "Qu'est-ce que t'en penses ?"

    Merci reprit-elle un peu plus sérieusement. Pour tout finit-elle par ajouter avant de prendre possession des lèvres de Nicolas dans un baiser qui se voulait tendre et passionné.

_________________

« Qu'expriment donc tes yeux ?
Plus que tous les mots qu j'ai lus dans ma vie, il me semble »
Walt Whitman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-oth.frbb.net/index.htm
Nicolas Stevens
I'll Be Watching You
avatar

Nombre de messages : 112
Age : 30
Photo D\'Identité :
Date d'inscription : 27/08/2008

• Moi, Moi et encore Moi •
Humeur:
0/100  (0/100)
Amis / Ennemis:
En ce moment ?: Alesha Dixon - The Boy Does Nothing

MessageSujet: Re: Un cours dans la joie et la bonne humeur [Nicolas]   Dim 30 Nov - 21:07

    Tout savoir sur lui, ce n’était peut-être pas une très bonne idée quand on connaissait la vie de Nicolas. Enfin il ne voulait rien lui cacher, les mensonges ou plus gentiment dit les énormes quiproquos qui avaient eu lieu entre eux lui ayant suffit, ne l’incitait pas à lui cacher des choses. Mais il ne valait mieux pas que Sarah découvre la période « vingt ans » du jeune homme, et le fait qu’il enchaînait les conquêtes sans jamais vouloir rien de sérieux. Ce genre d’informations n’étaient pas très engageant pour la suite des évènements. Mais il venait de vivre une relation de deux ans qui prouvait aussi qu’il savait se poser et rester sérieux dans ses relations sentimentales. De là à révéler ce côté de sa personnalité, bien que le jeune homme pense l’avoir enterré, ce n’était pas vraiment à l’ordre du jour. Et puis il fallait tout de même garder une part de mystère pour entretenir la flamme, sans pour autant collectionner les mensonges et les cachotteries mais Nicolas était de ceux qui pensaient que chacun avait droit à son jardin secret et qu’il valait mieux garder quelques petites choses rien que pour soit, de façon à toujours surprendre même après un long moment passé ensemble en couple. Pour lui, il n’y avait rien de pire que les habitudes et la monotonie du quotidien.
    Mais le fait était aussi que la jolie blonde ignorait des choses importantes à son sujet, enfin « important » était un mot relatif mais qui faisait partie intégrante de la vie du jeune homme, et qu’elle ne pouvait connaître puisqu’ils commençaient à peine à être ensemble. Comme par exemple le fait que Nicolas avait été adopté et que ses parents étaient morts quand il était très jeune, qu’il avait un demi-frère plus jeune que lui et dans les âges de Sarah, qu’il n’avait pas revu depuis quatre longues années et qu’il avait décidé d’étudier puis d’enseigner le théâtre parce qu’il avait découvert que sa mère biologique était comédienne….enfin tout un tas de choses qui faisaient ce qu’il était et qu’elle découvrirait au fur et à mesure.


    « J’aime les gens motivés, j’aime moins quand on me fait du charme pour obtenir des réponses mais quand c’est toi, bizarrement, j’adore » souffla-t-il. « Quant à connaître une ou deux petites choses sur moi, je dirais simplement que la patience est une vertu » répondit-il mystérieusement.

    De toute façon, ce n’était pas vraiment le lieu pour se lancer sur le sujet confidences et souvenirs. Même si ils étaient censés être seuls, il ne pouvait s’empêcher de ne pas se sentir complètement à son aise dans le théâtre au vu de la position très collée serrée dans laquelle il se trouvait avec Sarah.


    « Tu devrais quand même t’inquiéter pour moi, on ne sait jamais, je pourrais recevoir un mauvais coup et avoir besoin de douces mains pour me soigner » lança-t-il innocemment en retenant la jeune femme.

    Il espérait tout de même secrètement ne pas avoir à en venir aux mains. La bagarre avait été son truc, il y a quelques années, maintenant, il préférait la diplomatie. Mais comme il n’était pas très apprécié des amis de Sarah d’après ce qu’elle lui avait une fois, peut-être qu’il devait se préparer psychologiquement à rester sur la défensive tout en étant prêt à l’attaque, bien que c’était plus une manière de parler que de réellement en venir aux mains.

    Nicolas sourit quand il entendit son « moi aussi », sourire qui s’effaça quelque peu quand elle termina sa phrase, mais il ne s’y attarda pas plus, puisqu’elle lui avait fait comprendre qu’elle n’était pas une fanatique des grandes déclarations, et lui non plus, ce qui n’était finalement pas plus mal. Il se passa de commentaires, se contentant de la fixer dans les yeux, ce qui remplaçait tous les mots de la terre à son sens.


    « Cela me va parfaitement, juste les réconciliations. De toute façon, vu les clashs qu’il y eu entre nous, je crois qu’on l’a bien mérité » affirma Nicolas dans un grand sourire, lui caressant la joue tendrement.

    Cette phrase lui rappelait vaguement un de ses anciens amis, qui inventaient lui-même de fausses histoires pour mettre en rogne sa petite amie de manière à provoquer la dispute pour ensuite se réconcilier sous la couette. Il trouvait cela complètement stupide mais il devait avouer qua sa méthode avait marcher, jusqu’à un certain point où il avait inventé une histoire qui avait mis un terme définitif à leur relation. Et il avait eu beau dire que ce n’était pas vrai, l’ami en question n’avait jamais revu sa dulcinée.


    « Pourquoi tu veux qu’on s’en sorte, la faiblesse a du bon, surtout en ce moment » répondit-il avec un sourire mystérieux. « Et puis c’est mon but, que tu perdes tous tes moyens, n’oublies pas que je suis un être perfide et diabolique » ajouta ce dernier en plaisantant.

    Se retrouver seuls dans une chambre d’hôtel n’était peut-être pas la meilleure idée qu’il ait eu quand il y réfléchissait. En général, quand un homme emmenait une femme dans ce genre d’endroit, ce n’était pas pour avoir de longues conversations philosophiques sur le monde qui les entourait et il se rendit compte que cette situation pouvait devenir embarrassante. Bien sûr, il n’avait pas eu d’idées mal placées en lui faisant cette proposition puisque c’était l’endroit où il vivait jusqu’à nouvel ordre, ce n’était pas comme si il avait réservé cet endroit exprès pour l’occasion, mais ça pouvait laisser sous entendre des choses inexactes.


    « Toi? Me déranger? Tu rigoles j’espère, de toute façon, ils n’ont pas la clé magnétique et ils auront beau frapper comme des malades à cette porte, pour rien au monde je ne leur ouvrirais » répondit-il. « Je suis bien trop heureux de me retrouver enfin seul avec toi » ajouta Nicolas dans un sourire sincère.

    Des massages? Là c’était sûr, elle voulait l’achever. Parce que si il n’avait eu aucune arrière pensées en l’amenant ici, il n’était qu’un homme et ses deux hémisphères cérébrales avaient du mal à faire la connexion quand une fille aussi sublime et pour laquelle il avait des sentiments lui sortait ce genre de phrases.


    « Woaw, là c’est toi qui veut m’achever c’est sûr en parlant de massages. Cela dit, d’après des sources dont je tairais le nom, je suis un excellent masseur » dit-il innocemment. Ses sources étant ses anciennes petites amies et de bonnes amies qui avaient demandé son aide suite à de nombreux torticolis.

    « Mais de rien » répondit le jeune homme hésitant, ne sachant pas vraiment ce que le « pour tout » incluait.

    « Tu sais, je veux pas que tu crois que je t’ai amené ici pour autre chose que…que visiter mon chez moi, enfin…ce que je veux dire, c’est que je vis dans une chambre d’hôtel alors…ça…ça pourrait prêter à confusion…sur mes réelles intentions à ton égard » expliqua-il très hésitant, le sujet étant un peu gênant. « Bien que l’idée des massages soit excellente » ajouta ce dernier pour retrouver son assurance et se détendre un peu. « Et si tu veux prévenir chez toi pour dire que tu seras un peu en retard parce que par le plus grand des hasards, tu souhaiterais passer la soirée avec moi, en tout bien tout honneur, le téléphone est sur la table de chevet » conclut-il toujours le plus innocemment du monde.

    Après tout, il pourrait toujours la raccompagner dans une heure ou deux chez elle, en prenant garde de rester à un pâté de maison pour ne pas tomber nez à nez avec le patriarche de la famille De Ravin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah De Ravin
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Age : 27
Copyright : Avatar by Dead & Ico Profil By nadya14906 & Vava Sign by Batch Fourty & Liloo_59
Secret ? : J'ai volé un bonbon à la pêche quand j'avais dix ans ^^
Date d'inscription : 26/05/2007

• Moi, Moi et encore Moi •
Humeur:
85/100  (85/100)
Amis / Ennemis:
En ce moment ?: Always Love - Nada Surf

MessageSujet: Re: Un cours dans la joie et la bonne humeur [Nicolas]   Dim 30 Nov - 23:44

    La patience est une vertu ? Peut-être bien mais ce pas dans le cas de Sarah patience ? C'était quoi ce mot ? Franchement, le mot le plus inutile sur Terre, encore plus inutile que "anticonstitutionnellement" et pour être plus inutile que celui la croyez moi il fallait le faire. Bref, la patience était une vertu mais elle ne la possédait pas, alors comment faisait-on dans ces cas la ? Et bien on utilisait ses neurones, Nicolas venait justement de lui dire qu'il adorait lorsqu'elle lui faisait du charme pour arriver à ses fins même si d'ordinaire il n'appréciait pas tellement, heureusement pour lui ... Non pas qu'elle soit jalouse attention, c'était juste qu'elle n'aimait pas voir d'autres filles tourner autour de la personne qu'elle fréquentait et qu'elle aimait par la même occasion, bon ok elle était jalouse et alors ? Toutes les filles ne l'étaient-t-elles pas avec l'homme qu'elles aimaient ? Toute fille normalement constituée l'était un tout petit peu, c'était normal sinon ça signifiait qu'elles se moquaient éperdument de leur copain, alors oui elle était jalouse mais un tout petit peu ... Elle n'était pas une folle hystérique mais disons qu'elle aimait bien savoir certaines choses, de toute manière à ses yeux une relation était basée sur le confiance, sans confiance on arrivait à rien à peur passer son temps à fliquer la personne avec qui on était et honnêtement Sarah avait beau adorer Nicolas elle avait d'autres chats à fouetter. Dites donc, cette fois elle était partie loin, il lui avait juste dit qu'il aimait quand elle lui faisait du charme et elle, elle c'était fait un monologue intérieur sur la jalousie.

    « Comme tu adores et que moi c'est toi que j'adore je veux que tu continues d'adorer, donc je vais tout faire pour que tu continues d'adorer » rétorqua-t-elle en continuant de caresser le visage de Nicolas, puis elle descendit tout doucement pour atteindre son cou, puis son buste, elle s'approcha de lui et l'embrassa sur le coin des lèvres avant de plonger son regard dans celui du beau brun tout en restant assez près de lui. « Je t'ai déjà dis que je n'étais pas très patiente ? » demanda-t-elle avec des petits yeux de chiens battus, bénis soient les yeux de Sarah ! Grâce à eux, elle avait souvent put persuader des personnes de lui rendre un ou deux petits services, après quelques secondes de silence, la blondinette finit par hausser doucement les épaules. « De toute manière je connais déjà un ou deux trucs sur toi Monsieur le cachottier ... »

    La jeune femme se laissa faire lorsqu'il la retint près de lui et le regarda l'air de dire "mais bien sûr" même si en réalité elle ne voulait pas s'écarter de lui de plus de deux millimètres, ça c'était Sarah ou comment exagérer les choses, non disons qu'elle ne voulait pas s'écarter de lui de pas plus de vingt centimètres, oui vingt centimètres c'était raisonnable ... De toute façon, leur petite conversation était inutile puisqu'il n'en viendrait jamais aux mains, tout du moins il n'en viendrait jamais aux mains par sa faute, d'ordinaire elle savait très bien faire passer le message lorsqu'une personne l'importunait elle n'aurait donc pas besoin de Nicolas à ce niveau la quoi que avoir un bel homme protecteur à ses côtés ce n'était pas de refus ... Sarah se disait que cette conversation était inutile sur le fond mais elle adorait ces petits moments avec lui, en fait elle serait capable de parler de n'importe quoi même des choses les plus insignifiantes pour rester à ses côtés surtout lorsqu'ils se taquinaient comme ils étaient justement en train de le faire présentement.

    « Tu sais que mes douces mains peuvent faire autre chose que te soigner ? » dit-elle sur un air qui se voulait provocateur et amusée à la fois. Après tout n'était-ce pas lui qui lui avait dit un jour qu'elle provoquait sans cesse ? Et comme Sarah était une petite sainte qui ne voulait surtout pas contrarier Nicolas et bien elle agissait de manière à ne pas le contredire, n'était-elle pas la personne la plus gentille du monde ? Puisqu'elle était si gentille, elle allait continuer à s'amuser un tout petit peu, après tout c'était uniquement dans le but de ne pas le contredire ... « En fait je crois que je suis très douée de mes mains ... » ajouta-t-elle avant de descendre un peu plus bas ses fameuses mains, elle arriva au ventre de Nicolas, puis elle souleva doucement le haut que le jeune homme portait, passa furtivement sa main sur les abdos de Nicolas avant de laisser retomber le tee-shirt du jeune homme, et oui il ne fallait pas oublier qu'ils étaient encore au théâtre et qu'elle ne pouvait pas se permettre de faire tout et n'importe quoi ...

    Sarah vit que Nicolas se stoppa net dans son sourire lorsqu'elle avait ajouté "Moi aussi je suis plus sereine" mais que pouvait-elle y faire ? Bon ok, elle pouvait lui dire ce qu'il pensait qu'elle venait de lui dire, mais bon c'était la vie ! Et oui, ils devaient bien se douter qu'elle éprouvait quelque chose pou lui sinon il n'aurait pas tout plaqué avec Amélia pour elle, Sarah savait parfaitement que son raisonnement n'avait aucun sens puisqu'elle même ne se serait pas satisfaite d'un " elle a sûrement des sentiments pour moi", mais bon pour l'instant ça ne semblait pas poser plus de problème que ça et c'était l'essentiel, non ? Bien sûr, elle venait de le casser dans son élan, mais il n'avait rien dit, s'il n'avait rien dit c'était que ça ne devait pas le gêner, elle savait qu c'était faux, mais pour le moment c'était ce qu'elle souhaitait croire, elle hésita à se lancer dans un grand discours pour lui expliquer le pourquoi du comment, mais faire ça c'était comme lui dire ces trois petits mots sans lui dire ces trois petits mots. C'était peut-être stupide, mais elle avait peur de se sentir vulnérable si elle lui disait, bon allez elle allait s'accorder un sursis jusqu'a ce qu'il le lui dise lui, ce qui avec un peu de temps arriverait dans très longtemps, quel genre de fille pouvait souhaiter que son copain ne lui dise pas qu'il l'aime ? Décidemment, elle était plus que compliqué cette Sarah !

    « Et à ton avis, nos réconciliations doivent être à la hauteur de nos clashs ? »demanda-t-elle innocemment, non elle n'avait pas d'idée en tête, qu'est-ce que vous pouvez avoir l'esprit mal tourné !

    « Rassures toi tu es sur le bon chemin pour que je perde tous mes moyens »

    Elle aussi était heureuse de se retrouver seule avec lui, la question était de savoir si elle était heureuse de se retrouver seule ici avec lui dans une chambre d'hôtel ? Dommage elle ne pourrait pas jouer l'excuse des amis romains qui arriveraient si jamais elle se décidait à partir, de toute manière elle n'aurait pas vraiment put le faire, elle ne se voyait pas lui dire "Bon allez je file je ne voudrais pas que tes amis romains qui n'existent pas me trouvent ici", quoi que des fois elle arrivaient à se mettre dans des situations embarrassantes qu'il n'était pas impossible que ça arrive ... Il n'y avait qu'a voir comment elle c'était comportée avec lui la dernière fois qu'elle s'était sentit gênée : elle lui avait sortit que l'Australie faisait quatorze fois la taille de la France, des fois elle se disait qu'il lui manquait vraiment une case ...

    « Moi aussi » dit-elle une nouvelle fois sans rien ajouter avant de se blottir contre Nicolas. « Tu sais que tes bras sont vraiment confortables ? » demanda-t-elle dans un sourire qui illuminait son visage.

    « Tant que tu me réserves ces massages en question, ça me va répondit-elle dans un petit rire. »

    La jeune élève l'écouta le plus sérieusement du monde lorsqu'elle l'entendit lui dire qu'il ne l'avait amené ici que pour lui montrer où il dormait dorénavant, elle allait lui sortir un "Mais bien sûr on y croit tous" pour plaisanter, mais elle s'abstint de faire le moindre commentaire qui pourrait le mettre mal à l'aise car honnêtement on ne pouvait pas dire que là maintenant tout de suite à ce moment précis elle se sentait comme un poisson dans l'eau.

    « T'es trop mignon ... » dit-elle dans un sourire, même elle n'était pas contre l'idée d'appeler chez elle pour prévenir qu'elle rentrerait plus tard, ok elle avait dix huit et était majeure, mais prévenir chez elle pour ne pas qu'on s'inquiète était une question de respect. « Je sais je n'ai que de bonnes idées » dit-elle en plaisantant pour nr pas montrer sa gêne, et oui on était pas tous aussi courageux que Nicolas Stevens. « Merci, je vais utiliser mon portable, je reviens dans deux secondes, je vais dans téléphoner dans le couloir. » répondit-elle avant de sortir de la chambre en la laissant entrouverte pour ne pas avoir à frapper lorsqu'elle rentrerait, une fois dans le couloir Sarah marcha durant une dizaine de mètres, elle composa d'abord le numéro de chez elle et inventa une histoire à dormir debout comme quoi elle était chez une amie avec qui elle terminait un devoir pour la fac qu'elle devait rendre le lendemain, c'était dingue comme tout ce qui concernait les devoirs passait comme une lettre à la poste ... Après ce coup de fil, elle jeta un coup d'œil dans le couloir pour voir si il y avait quelqu'un puis elle composa un autre numéro : celui de sa meilleure amie, en gros elle lui expliqua la situation, et que comme une crétine au lieu de lui parler sérieusement lorsqu'il lui avait dit qu'il l'avait amené ici dans arrières pensées elle lui avait répondu qu'il était trop chou, sérieusement fallait vraiment être débile pour passer à côté d'une occasion de se sortir d'une situation inconfortable, et ben elle venait de le faire, allez on applaudit tous Sarah ! Bref, après avoir discuté avec Inès durant de longues minutes, elle raccrocha se disant qu'il devait commencer à se demander ce qu'elle fabriquait et surtout pourquoi elle avait eut besoin de sortir pour prévenir qu'elle rentrerait plus tard. Quelques minutes plus tard, Sarah retourna donc dans la chambre.

    « Désolé j'ai été un peu longue ... »

_________________

« Qu'expriment donc tes yeux ?
Plus que tous les mots qu j'ai lus dans ma vie, il me semble »
Walt Whitman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-oth.frbb.net/index.htm
Nicolas Stevens
I'll Be Watching You
avatar

Nombre de messages : 112
Age : 30
Photo D\'Identité :
Date d'inscription : 27/08/2008

• Moi, Moi et encore Moi •
Humeur:
0/100  (0/100)
Amis / Ennemis:
En ce moment ?: Alesha Dixon - The Boy Does Nothing

MessageSujet: Re: Un cours dans la joie et la bonne humeur [Nicolas]   Sam 13 Déc - 23:22

    A l’entente de la phrase de la jeune femme, il fallut quelques instants à Nicolas pour en saisir le sens, alors qu’il mimait une profonde réflexion. Finalement, satisfait de ce qu’il en comprit, il laissa un sourire illuminer son visage. De toute façon, Sarah n’avait plus depuis longtemps besoin de lui faire du charme, celui-ci ayant déjà opéré sur lui de mille façons différentes et toujours un franc succès. C
    La dit, il se garderait bien de lui avouer, car c’était bien trop plaisant de se voir faire du charme pour une fille aussi séduisante et pétillante qu’était la blondinette.


    « Waouh, ça fait beaucoup de verbe adorer pour une seule phrase, mais ayant compris le fond, je suis tout à toi » répondit le jeune homme en écartant les bras en signe de reddition avant d’entourer à nouveau la taille de Sarah. « Mais bon si tu continues tous ces petits gestes tendres, j’y succomberais à nouveau sans effort » ajouta ce dernier. « Surtout avec ce regard qui me ferait avouer les pires choses sur moi » conclut-il avec un léger sourire. « Mais tu auras des réponses quand nous serons dans un endroit moins…public. »

    Alors comme ça, elle connaissait déjà quelques petites choses sur lui? Possible, mais il ne s’inquiéta pas outre mesure car même si ils s’étaient vus à de nombreuses reprises depuis qu’ils se connaissaient, rien de bien important sur sa vie n’avait filtrée, ils n’avaient pas encore passé assez de temps intimement pour se découvrir. Ils connaissaient l’essentiel et un peu du caractère de l’autre, mais ils avaient tout le temps pour en apprendre plus. Autant y aller progressivement, surtout après la relation de laquelle sortait le professeur, il ne voulait en aucun cas précipiter les choses.

    « Ah oui? Et quelles sont ces deux trucs? » interrogea-t-il. « A part que je suis extrêmement séduisant et talentueux bien sûr » ne put-il s’empêcher d’ajouter dans une fausse vantardises.

    Alors là, la conversation prenait un tournant qu’il n’avait pas envisagé, surtout dans une salle de théâtre où ils étaient censés être normalement seuls mais on était jamais assez trop prudents, surtout dans leur situation. Le jeune homme n’allait cependant pas s’en plaindre, qui l’aurait fait de toute façon! Certainement pas une personne saine d’esprit, et malgré un grain de folie bien entamé, Nicolas ne se considérait pas comme fou, alors il n’allait certainement pas dévier sur un autre sujet, sa curiosité aiguisée par Sarah.


    « Si tu voulais m’achever par des mots, tu as réussi » lança-t-il pour répondre à sa provocation. Un trait de la personnalité de la jeune femme qu’il appréciait tout particulièrement. Cela donnait un petit côté épicé à leur relation, ils étaient toujours en train de se chercher, d’essayer de connaître les limites de l’autre dans ses sous entendus ou des provocations bien pensées,et il ne savait pas si c’était leur façon réciproque de percer à jour le caractère de l’autre mais c’était plaisant, et il espérait que ce petit jeu ne cesserait pas de si tôt. Mais ce ne fut rien comparé aux mains fines et délicates qui se glissèrent sous sn t-shirt pour effleurer son ventre avant de remettre son vêtement en place. « Vous dépassez les limites de la décence jeune fille, mais une chose est sûre, je ne douterais jamais du talent de tes mains » avoua-t-il en la serrant dans ses bras pour venir l’embrasser dans le cou une nouvelle fois.

    Si leurs réconciliations devaient être à la hauteur de leur dispute, le jeune homme avait hâte qu’ils se réconcilient une prochaine fois, bien que ceci signifie qu’ils se seraient disputés auparavant et il ne le souhaitait pas vraiment. Mais quand même! Question bien difficile lorsque vous aviez dans vos bras une des plus jolies filles de Paris avec qui vous veniez de vous réconciliez. Enfin il aurait le temps de se poser la question en temps voulu, car dans un couple, il y avait toujours des disputes, tôt ou tard, et avec leur caractère respectif, ça promettait quelques étincelles et ensuite bien sûr, des réconciliations en conséquence…oui bon, il tournait un peu en rond.


    « Absolument! » répondit il simplement dans un sourire plus qu’énigmatique. « Mais nous penserons à ça en temps voulu tu ne crois pas? »


    Il l’avait laissé partir téléphoner, restant un peu perplexe face à la réponse qu’elle lui avait lancé. Il avait voulu la rassurer et être sincère et elle lui répondait qu’il était trop mignon. Reprenant pied avec la réalité, et se rendant compte qu’il était à présent seul dans la pièce, il se dirigea vers le mini frigo qui se trouvait dans sa chambre pour en sortir différentes boissons, soda et bière, car il en avait besoin. En tant qu’américain, certaines choses étaient immuables, comme la bière et il la décapsula, posant le reste des boissons sur le table basse devant le canapé avant de s’asseoir dessus, attendant le retour de Sarah qui ne devait pas en avoir pour longtemps. N’empêche qu’il se rendait compte que son idée de l’emmener ici n’était décidément pas la meilleure. Il aurait dû attendre d’être vraiment installé, dans un nouveau studio, un chez-lui où il n’y aurait pas eu d’ambiguïtés et où il ne se serait pas senti mal à l’aise de l’y conduire. Au lieu de cela, il l’invitait dans une chambre d’hôtel, à l’opposé de ce que l’on pouvait qualifier de classe, pour soit disant lui faire visiter son chez lui qui n’en était pas vraiment un. Bien sûr, il n’avait pas eu d’idées sordides en l’amenant ici mais il avait vraiment l’impression d’avoir tout faux. Jetant un regard circulaire à la pièce, cela ne fit que le conforter dans son idée qu’elle méritait mieux que ça, même si sa situation était un peu en stand by depuis quelques jours, le temps qu’il se remette sur pieds. Et en réalité, il avait trouvé plusieurs offres intéressantes d’appartement dans les journaux, mais Nicolas avait besoin d’un petit laps de temps avant de s’engager dans la location d’un nouveau logement. Un peu trop de changements avaient eu lieu ces derniers temps dans sa vie, des très bons comme des moins bons, et il avait besoin de faire une pause. Ne serait-ce que pour ses nerfs et sa santé physique et mentale. Le jeune homme continua de boire sa bière, en attendant la blondinette, qui traînait un peu en longueur avec ses parents au téléphone. Il se retourna cependant quand il entendit sa voix.

    « Non ça va » mentit-il effrontément, sachant qu’il ne fallait jamais perturber une femme sur le temps qu’elle passait au téléphone ou dans la salle de bains.

    Il lui fit signe de venir s’asseoir, se déplaçant un peu pour lui laisser de la place et lui indiquant les boissons d’un signe de la main, lui faisant comprendre qu’elle pouvait se servir. Et il décida en même temps de lui avouer le fond de ses pensées.


    « Tu sais, j’ai bien conscience que ce n’est pas le top ici. Je veux dire, j’aimerais pouvoir t’offrir mieux qu’une chambre moyenne, dans un hôtel moyen de la capitale, dans une situation un peu étrange. Enfin c’est vrai en général, ce sont les couples illégitimes qui se retrouvent à l’hôtel, pas les gens comme toi et moi. Mais j’ai besoin d’un temps de pause avant de me mettre à la recherche d’un nouvel appartement, vu que je sors d’une situation difficile » expliqua-t-il en préférant s’arrêter là, la suite le menant tout droit à une personne dont il ne valait mieux pas parler en ce moment. « Et s’il te plaît, ne me réponds pas que je suis trop mignon, même si c’est vrai » ajouta-t-il pour détendre de nouveau l’ambiance. « Alors le verdict au fait, tu peux rester pendant une petite partie de la soirée » demanda-t-il en se rapprochant un peu d’elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah De Ravin
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Age : 27
Copyright : Avatar by Dead & Ico Profil By nadya14906 & Vava Sign by Batch Fourty & Liloo_59
Secret ? : J'ai volé un bonbon à la pêche quand j'avais dix ans ^^
Date d'inscription : 26/05/2007

• Moi, Moi et encore Moi •
Humeur:
85/100  (85/100)
Amis / Ennemis:
En ce moment ?: Always Love - Nada Surf

MessageSujet: Re: Un cours dans la joie et la bonne humeur [Nicolas]   Dim 14 Déc - 23:40

    Sarah regarda un peu tout ce que Nicolas venait de sortir puis elle vint s'asseoir à côté de lui et le regarda en silence attendant qu'il prenne la parole. Elle l'écouta sans rien dire, de toute manière il valait mieux qu'elle ne dise rien et que cette fois elle réfléchisse avant de parler, parce que c'est vrai que le coup du "T'es trop mignon" n'était pas ingénieux, mais la jeune fille ne réfléchissait pas vraiment lorsqu'elle était devant une situation qui la prenait de court. D'ailleurs elle était tellement distraite et étourdie qu'au lieu de commencer par appeler chez elle pour prévenir du retard, elle aurait bien été capable d'appeler directement Inès et de rentrer dans la chambre sans avoir prévenu ses parents ou son crétin de demi-frère, elle n'osait même pas imaginer l'explication qu'elle aurait put donner à Nicolas pour justifier le fait qu'ele n'avait pas appeler ses parents parce que lui sortir "J'étais un peu paniquée alors que tu venais de tout faire pour me détendre" n'aurait pas été très judicieux, en fait ça l'aurait simplement fait passer pour une imbécile de première qui non seulement mentait mais qui en plus mentait mal. Bref, cette fois ci elle l'écouta attentivement et ne dit rien durant un petit moment, mais bon ce n'était pas pour ça qu'elle ne pensait plus qu'il était trop mignon ^^. D'ailleurs, le fait qu'il revienne sur le sujet alors qu'elle s'en était débarrassé assez rapidement le rendait doublement mignon. C'est vrai, après tout ce n'était pas facile à aborder ni pour lui ni pour elle et il faisait quand même l'effort de le faire, décidemment il n'avait que des qualités ce Nicolas ...

    Tu n'as pas à te justifier, j'ai déjà assez chamboulé ta vie comme ça alors si en plus je t'ordonnais de trouver un endroit où vivre le plus rapidement possible ce serait vraiment le comble. répondit-elle le plus sérieusement du monde.

    D'ailleurs si tu as besoin d'un peu de temps et de souffler un peu avant qu'on se revoie, je comprends tout à fait. ajouta-t-elle lorsqu'il parla d'Amélia même si il ne cita pas cette dernière. Après tout, il avait envoyé balader une histoire qui semblait plus que sérieuse pour elle et si il avait besoin d'un peu de temps pour comprendre où il en était, elle ne pouvait pas vraiment le blâmer. Déjà qu'elle-même avait besoin de temps pour réaliser tout se que c'était produit en l'espace de quelques jours alors qu'elle n'avait personne dans sa vie, mis à part quelques liaisons sans importance, alors elle n'imaginait même pas comment lui devait se sentir, car même si apparemment tout n'était plus tout rose avec sa copine, ou plutôt son ancienne copine, ça faisait tellement de bien de penser ça, bref même si tout n'était plus rose avec son ancienne copine, Sarah était lucide elle savait pertinemment que la brunette en question avait dû être très importante pour Nicolas et qu'une histoire comme la leur ne devait pas s'oublier en un claquement de doigts.

    Merci et désolé pour tout à l'heure dit-elle avant de penser à une chose qu'elle lui avait dite quelques jours auparavant, une chose qui n'était pas des plus agréables. Et puisqu'on est sérieux, je voulais te dire que je ne pensais pas ce que j'ai dis l'autre jour quand on était tous les trois dans la même pièce, j'ai jamais eut le sentiment de m'être fais avoir. précisa-t-elle, sauf bien sûr lorsqu'il lui avait révélé sa relation avec Amélia mais c'était du passé.

    Lorsqu'elle avait appelé chez elle, Sarah avait prétexté un devoir à finir mais disant qu'elle n'avait pas vraiment envie d'y aller pour paraître plus crédible et là son père lui avait sortit "Je t'interdis de rentrer à la maison tant que tu n'as pas finis se que tu dois faire" alors forcément elle n'allait pas désobéir et puis vous savez à quel point Sarah n'aime pas faire le contraire de se que lui demande de faire pas vrai ? Bref, maintenant elle était "obligée" de rester avec Nicolas encore quelques heure, après tout n'avait-elle pas dit à son père que le devoir en question était important ? Le pauvre ... Si seulement il savait qu'il venait d'ordonner à sa fille de rester avec son prof de théâtre une partie de la soirée voir de la nuit tout dépendait de comment les choses évolueraient ... Avait-elle des scrupules à mentir ? D'ordinaire elle vous aurait répondu que oui, mais pas ce soir et surtout pas à son père, c'était un peu sa manière de lui aire payer la situation dans laquelle il l'avait mise en épousant une pauvre cruche mais bon tant que ça restait aussi inoffensif ce n'était pas bien grave ...

    Je peux rester et comme je leur ais prétexté un travail pour les cours, on m'a carrément ordonné de ne pas rentrer tant que je n'aurais pas finis dit-elle dans un sourire avant de se blottir contre lui pour combler le vide qui les séparait, elle prit une des mains de Nicolas et entrelaça les doigts du jeune homme aux siens.

    Oh et au fait, je ne me serais jamais permis de dépasser les limites de la décence reprit-elle puisque leur conversation avait été interrompue avec l'arrivée de l'autre prof', tout ceci sans quitter le sourire qui avait élu domicile sur ses lèvres. Jamais, jamais, jamais ... susurra-t-elle avant de prendre possession des lèvres de Nicolas.

_________________

« Qu'expriment donc tes yeux ?
Plus que tous les mots qu j'ai lus dans ma vie, il me semble »
Walt Whitman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-oth.frbb.net/index.htm
Nicolas Stevens
I'll Be Watching You
avatar

Nombre de messages : 112
Age : 30
Photo D\'Identité :
Date d'inscription : 27/08/2008

• Moi, Moi et encore Moi •
Humeur:
0/100  (0/100)
Amis / Ennemis:
En ce moment ?: Alesha Dixon - The Boy Does Nothing

MessageSujet: Re: Un cours dans la joie et la bonne humeur [Nicolas]   Jeu 18 Déc - 3:11

    Chambouler sa vie? Probablement, non, en fait, c’était même une certitude, mais le jeune homme s’était laissé faire avec une facilité déconcertante et ce changement dans sa vie n’aurait plus être meilleur. Certes, les dommages collatéraux qu’il avait causé ne pouvait pas être négligés, mais il ne pouvait pas revenir en arrière, et même si il le pouvait, Nicolas n’était pas sûr de vouloir faire les choses différemment. Pour laisser sa conscience un peu en paix, mieux valait ne pas trop se poser ce genre de questions, les choses étaient comme elles étaient, il ne pouvait qu’aller de l’avant, et aller de l’avant signifiait être avec Sarah, dans sa logique à lui. Le début de leur relation n’était peut-être pas idyllique, non dans leurs sentiments mais par la situation par laquelle elle débutait, mais ils étaient ensembles et c’était le plus important pour lui. Il avait souffrir une personne à qui il tenait énormément, encore aujourd’hui, on ne pouvait pas effacer un an et demi de relation en un clin d’œil mais le couple qu’il formait avec Amélia battait de l’aile avant sa rencontre avec Sarah. Et cette rencontre n’avait fait qu’accélérer le déroulement de leur histoire pour aller directement vers la fin.
    Et même si tout avait commencé en dents de scie, après deux grosses disputes qui auraient pu stopper en un rien de temps leur relation, ils avaient surmonté les obstacles et réussis à surpasser leur fort caractère respectif, qui pouvait s’accorder à merveille ou provoquer des étincelles. Le moins que l’on puisse dire est que l’ennui et la monotonie ne ferait certainement pas partie de leur quotidien. Et si jamais c’était le cas, une petite dispute, une réconciliation, et c’était reparti pour un tour!


    « Chamboulé, oui, c’est le mot qui convient et je ne te remercierai jamais assez de t’être inscrit à mon cours et d’avoir tout…chamboulé » lui répondit Nicolas dans un sourire en insistant sur le dernier mot. « Et même si j’ai besoin d’un peu de temps, je te promets de me trouver un chouette appartement pour qu’on ai un endroit où l’on ne soit pas obligé de faire toujours attention à nos faits et gestes » ajouta ce dernier plus sérieusement.

    Leur relation étant un peu compliqué sur le plan déontologique, cela risquait de créer certains problèmes et surtout beaucoup de frustration, de ne pas pouvoir se regarder d’une certaine façon en public, de ne pas pouvoir se toucher, se prendre dans ses bras, s’embrasser, bref tous ces gestes naturels de couple qu’ils ne pourront pas avoir l’un envers l’autre devant les autres parce que c’était interdit, ce qui était assez injuste. C’est vrai, ce n’est pas comme si Nicolas était professeur dans un lycée avec des centaines d’élèves pour la majorité mineurs et qui profiterait de son statut pour draguer les jeunes étudiantes et les favoriser dans les notes. Il était professeur de théâtre dans un établissement parisien, travaillait aussi bien avec des adultes qu’avec des étudiants, tous pour la plupart majeurs et vaccinés, et surtout assez matures pour décider d’être avec la personne qu’il souhaitait, même si cette personne avait dix ans de plus et était professeur. Bon, il n’était pas complètement impartial dans la manière de voir les choses, après tout il en était un des protagonistes principaux, mais les choses étaient tout de même différentes et il ne pouvait s’empêcher de trouver cela très frustrant.


    « Alors ça y est, tu veux déjà te débarrasser de moi » lança-t-il sur un ton faussement vexé. « Tu es ce qu’il y a de plus positif dans ma vie en ce moment, et on ne peut déjà pas se voir autant que l’on veut, alors il est hors de question que je laisse passer la moindre occasion d’être avec toi princesse » répondit le jeune homme en lui caressant tendrement la joue.

    Quand Sarah le ramena à leur fameuse discussion à trois et qu’elle lui avoua ne jamais avoir eu l’impression de s’être fait avoir, il se contenta d’acquiescer. Parfois, certains silences en disaient plus longs que des mots et il estimait que c’était exactement le cas ici.
    Cependant son sérieux disparut assez vite quand elle lui annonça qu’elle pouvait rester avec lui un long moment, ce qui le réjouit au plus haut point.


    « Un travail pour les cours, un stratagème qui marche toujours à ce que je vois, heureux que ma petite amie soit une petite futée » lança-t-il, passant un bras derrière son dos pour l’enlacer quand elle se blottit contre lui. C’était la première fois qu’il disait tout haut le mot « petite amie » pour la désigner, et il ne s’était même pas rendu compte qu’il l’avait fait, des mots prononcés inconsciemment mais qui signifiaient beaucoup pour lui.

    Bon sang ce qu’il adorait quand la jeune femme faisait ça, et il répondit bien évidemment avec passion au baiser qu’elle lui offrit, ne pouvant cependant pas s’empêcher de sourire contre ses lèvres.


    « Quand tu dis jamais, tu ne parles pas sérieusement pas vrai? » demanda-t-il sur un ton faussement inquiet, reprenant ses lèvres, l’enserrant toujours contre lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah De Ravin
Admin
avatar

Nombre de messages : 226
Age : 27
Copyright : Avatar by Dead & Ico Profil By nadya14906 & Vava Sign by Batch Fourty & Liloo_59
Secret ? : J'ai volé un bonbon à la pêche quand j'avais dix ans ^^
Date d'inscription : 26/05/2007

• Moi, Moi et encore Moi •
Humeur:
85/100  (85/100)
Amis / Ennemis:
En ce moment ?: Always Love - Nada Surf

MessageSujet: Re: Un cours dans la joie et la bonne humeur [Nicolas]   Ven 19 Déc - 17:38

    Soyons honnête, lorsque Sarah avait dit à Nicolas qu'elle comprenait qu'il ait besoin de temps elle n'avait pas été tout à fait honnête ... Bon bien sûr, elle n'était pas insensible loin de là et surtout lorsqu'il s'agissait du bien être du jeune homme d'ailleurs le bien être de Nicolas faisait désormais partie du top 5 de ses priorités mais Sarah ne souhaitait pas vraiment qu'ils cessent de se voir durant quelques jours voir quelques semaines. Et puis de toute manière, ça n'aurait servis à rien ... Après tout, ce n'était pas comme s'ils ne se seraient pas vu du tout puisque elle aurait continué d'aller aux cours de théâtre. Bref, la jeune femme avait plus dit ça pour faire la fille gentille que parce qu'elle le souhaitait réellement. Vous pouvez donc comprendre quel fut son soulagement lorsque Nicolas lui dit qu'il n'avait pas du tout l'intention de faire ce qu'elle venait de lui suggérer. D'ailleurs elle gagna même plus que la certitude de le voir assez souvent prochainement puisqu'il lui dit qu'elle était ce qu'il y avait de plus positif en ce moment dans sa vie. Au moins il était lucide xD Et elle prétentieuse ^^ Mais bon, c'était la même chose pour elle ... Entre son abruti de demi frère et l'autre crétin de Jason, il était clair que Nicolas relevait nettement le niveau, mais bon il était formidable, c'est la vie !

    Mon pauvre ... Si tu savais dans quoi tu t'es engagé ... Je ne suis vraiment pas prête mais alors pas du tout de me débarrasser de toi ... dit-elle avant de passer ses bras au tour du cou de Nicolas pour l'attirer à elle et déposer un baiser sur ses lèvres.

    Elle, une futée ? C'était une idée qui lui plaisait assez, si seulement ça pouvait être vrai ... Bon je vous rassure Sarah n'était pas une conne de première, et non elle avait encore quelques neurones qui fonctionnaient mais disons que lorsqu'elle était sous pression il pouvait parfois lui arriver de dire une ou deux choses qui n'avaient pas vraiment de sens et aussi d'agir assez stupidement, elle n'était pas une bonne copine du self contrôle ... Et puis Nicolas avait raison, l'excuse des cours c'était le truc qui marchait à tous les coups, il ne fallait pas sortir de polytechnique pour la trouver celle la ! Elle aurait peut-être trouvé quelque chose de plus original si elle avait prit le temps de réfléchir mais elle était tellement préoccupé par comment se sortir de la situation dans laquelle elle se trouvait qu'elle n'avait pas prêté beaucoup d'importance à se qu'elle dirait à la personne qui lui répondrait à l'autre bout du fil. Sarah fronça un peu les sourcils et le regarda amusée par ce qu'il venait de dire, alors comme ça mister Stevens avait prit l'habitude de de mentir à ses parents pour faire les 400 coups ? Intéressant ... Mais ce n'est pas ce qui retint le plus l'attention de Sarah, non, la chose qui fit tilt dans son esprit fut quand elle entendit "ma petite amie". Si seulement il pouvait savoir à quel point ce qu'il venait de dire la remplit de joie ...

    Tu veux bien répéter ce que tu viens de dire ? demanda-t-elle pour le taquiner. Tu viens juste de rendre ta petite amie super heureuse ajouta-t-elle un peu plus sérieusement.

    Sarah se rapprocha un tout petit peu plus de lui lorsqu'il répondit à son baiser, il y avait des gens qui était accros aux cigarettes, d'autres aux jeux vidéos et bien elle, elle venait de créer une nouvelle addiction : elle était accro à Nicolas Stevens. Sauf cette addiction était particulière puisqu'elle était la seule à l'avoir ou alors si quelqu'un d'autre l'avait ses jours étaient comptés ... Mais non on vous l'avait déjà dit : elle n'était pas jalouse, c'était juste qu'elle n'aimait pas partager voila tout ...

    Je ne suis jamais sérieuse pour ce genre de chose ... répondit-elle en se laissant faire lorsqu'il l'embrassa.

    Elle ne savait pas pourquoi elle allait faire ça, elle ne savait pas ce qui lui arrivait, mais tout ce qu'elle savait c'est qu'elle ne devait pas et pourtant elle sentait qu'elle allait faire une énorme connerie, était-ce parce qu'il venait de lui dire qu'elle était sa petite amie ? En tout cas même si mentalement elle ne cessait de se dire qu'il fallait qu'elle la ferme, sa bouche ne semblait pas décidé à l'écouter. La jeune femme garda le silence durant quelques secondes puis elle le regarda.

    Spoiler:
     

    Spoiler:
     

_________________

« Qu'expriment donc tes yeux ?
Plus que tous les mots qu j'ai lus dans ma vie, il me semble »
Walt Whitman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-oth.frbb.net/index.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un cours dans la joie et la bonne humeur [Nicolas]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un cours dans la joie et la bonne humeur [Nicolas]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Au début, j'étais de bonne humeur. ? Crépuscule
» Des rires, de la joie et de la bonne humeur dans une époque troublée ( Thomas Percy & Margaret Fleming)
» Conseils pour réaliser une fiche de RPG
» [Terminé] Une soudaine envie de parler. (PV Elena. A Armstrong)
» LES OEUFS DE FABERGE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paris City :: • Hors Jeu • :: Archives-
Sauter vers: